obituary

Le 25 octobre dernier, à l’occasion de leur concert à Londres lors du Battles of the Bays – Europe Tour 2016 aux côtés d’Exodus, Donald Tardy (batterie) nous a accordé une petite visite dans le tour bus de Obituary juste avant de détruire massivement la scène de l’Electric Ballroom.

 

Vous venez d’entamer une tournée européenne. Dans quels pays/villes préfères-tu jouer ?
Les métalleux sont géniaux partout, et c’est ça la beauté du metal. Qu’on soit en Angleterre, en Espagne, la musique unit et amène de la joie, et c’est super cool. Donc je n’ai pas de villes préférées, mais c’est sûr que j’apprécie beaucoup les grandes villes comme ici à Londres ou hier à Paris, c’est toujours agréable de jouer devant un gros public. Ceci dit, c’est aussi intéressant d’aller chercher les foules plus petites.

 

Je vous ai vu jouer à l’Obscene Extreme (République Tchèque) en juillet 2015. Je me souviens d’un public complètement dingue, qui montait sur scène etc. Est-ce que vous appréciez ce genre de fans ?
Ah, cool ! Carrément, j’adore, c’était un super concert !

 

J’ai pourtant eu l’impression que John ( chant ) avait l’air perturbé par certains comportements de fans, surtout quand ils s’approchaient de lui de trop près, n’est-ce pas ?
Oui, c’est parce qu’il doit faire attention avec le micro juste devant sa bouche. Si un fan cogne dedans accidentellement, ça peut lui casser une dent ! Et ça lui ai déjà arrivé ! (rires)

 

Parlons un peu de votre dernier album ‘Ten Thousand Ways To Die’. C’est un album live, qui contient également deux nouveaux titres. Pourquoi avoir choisi ce format ?
En fait, cet album a plutôt été créé pour les deux nouvelles chansons qu’il contient. On en a discuté avec le reste du groupe et notre label, on se demandait si c’était en fait un EP pour présenter ces deux nouvelles compos aux gens, ou si c’était un album live vu le nombre majoritaire de chansons enregistrées en live. Donc on a simplement appelé ça ‘The Ten Thousand Release’, parce que nous même on ne sait pas trop de quoi il s’agit ! Le but est simplement de donner aux fans un avant-goût du nouvel album de l’année prochaine. Les chansons live sont en bonus !

 

Après 10 albums, de quelle manière choisissez-vous les chansons que vous jouez en live ? Ressentez-vous une certaine obligation de placer certains titres sur la setlist car vous savez ce que les fans d’Obituary veulent entendre, ou vous ne pensez pas à ça et ne jouez que ce que vous avez envie de jouer ?
C’est une excellente question. On se dispute énormément entre nous par rapport à ça ! (rires) Vu que maintenant, on a plus d’une centaine de chansons à placer dans les 60 minutes dont on dispose. Cela représente donc 15 chansons, 16 au grand maximum. C’est impossible de contenter tout le monde dans le public et tous les membres du groupe. On veut tous jouer les nouvelles parce qu’on en est fiers, mais on sait que les fans adorent les vieilles chansons. Ce soir, on sait que ça sera rempli de vieux metalleux old school, qui écoutent Exodus et Obituary depuis 30 ans, donc on s’est dit qu’on allait piocher énormément dans notre vieux répertoire, mais quand même, il y aura aussi des nouvelles. Cette fois-ci, ça va, on s’est pas trop engeulés ! (rires)

 

A côté du metal, écoutes-tu d’autres styles de musique ?
En fait, je n’écoute pas beaucoup de metal ! J’en ai ma dose en tournée ! J’aime les vieux trucs, ce que j’écoutait en grandissant, le rock sudiste comme Lynyrd Skynyrd, Charlie Daniels, mais aussi Led Zeppelin, Ronnie James Dio, Black Sabbath, … et bien sûr le metal classique comme Slayer, Exodus, mais également de nouveaux groupes comme ce jeune groupe allemand, Dust Bolt, ils ont ouvert pour nous une fois et j’ai tellement adoré qu’on les a emmené pour une tournée entière avec nous, dans notre bus ! Leur nouvel album est vraiment génial, actuellement le meilleur du monde pour moi en ce moment ! En plus ce sont vraiment des gars sympas.

 

Que penses-tu de la question de la chance dans l’industrie de la musique ? Penses-tu que d’être chanceux joue un rôle important dans le fait de réussir ?
Oui, malheureusement, la chance compte énormément. Il y a tellement de groupes excellents, comme Dust Bolt, comme je parlais avant, ou encore Lamb Of God ou Danko Jones, qui est pour moi le meilleur dans ce qu’ils font. Ces groupes devraient être absolument énormes, mais ce n’est pas vraiment le cas. Et d’un autre côté, il y a des groupes extrêment populaires qui devraient arrêter de croire qu’ils sont bons, parce qu’ils sont juste pourris, spécialement en dehors du metal. C’est triste vraiment. Je ne pense pas qu’il y ait d’autres carrières qui soient autant rattachées à la chance. Tu ne peux pas être un chirurgien du cerveau nul et devenir populaire.

 

Pour finir, si tu pouvais former un super-groupe en choisissant n’importe quel musicien, vivant ou mort, à quoi cela ressemblerait ?
Je choisirais Ronnie James Dio comme frontman, avec Johm Bonham à la batterie, Cliff Burton à la basse, et bien sûr Randy Rhoads comme guitariste. Quel putain de groupe ça serait ! (rires)

 

 

www.obituary.cc

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.