Ce vendredi, Nostromo rejouait à Lausanne pour la première fois depuis son come-back après une pause de 13 ans. Un retour programmé au Romandie, un club qui n’existait alors pas encore au moment du split. Les genevois sont venus avec une première partie à la hauteur de l’événemenr, rien de moins que Herod, pour atomiser la salle. Le grand-pont qui passe sur le Romandie a étonnamment résisté à la double claque sonore Nostromo/Herod sans se fissurer. Une bonne nouvelle pour la municipalité qui va ainsi pouvoir s’éviter une coûteuse étude de solidité de l’édifice sur lequel elle prévoit bientôt de faire passer le tram.

Vers 21.40 heures, Herod a lancé un set marqué de son sceau sludge metal, terriblement lourd. La voix de Mike Pilat se pose sur quelques morceaux du concert qui en majorité restera plutôt instrumental. Sous sa capuche, le gaillard est impressionnant, mais ce sont surtout les trois guitares qui font le son si typique d’Herod. Le parterre plutôt clairsemé au début du set s’est rempli jusqu’à être bien compact à la fin du concert.

Très attendus, les genevois de Nostromo ont également fait une grosse impression. Avec d’abord un son à la hauteur de la prestation et surtout une envie débordante d’envoyer du lourd et de se faire plaisir. Le nouvel EP a bien été mis en évidence avec plusieurs titres, notamment ‘Superbia‘ et ‘As Quasars collide’. Le public désormais bien entassé devant la scène s’est remué durant tout le concert et a fait suffisamment de bruit pour mériter un rappel bienvenu.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.