Ceux qui ont les tempes grisonnantes se rappelleront ce temps où dans une célèbre émission TV tous les participants recevaient la note maximale après leur prestation musicale. Alors, en bon fan de Muse, pour cette nouvelle galette je mettrais naturellement un 10. Mais reste finalement une mésentente. Là où dans ce show c’étaient des enfants qui interprétaient les chansons, ici c’est bien le trio original qui est aux commandes. Comme d’hab’, Muse ne fait pas dans la demi-mesure avec des titres taillés pour les grands espaces, des beats lourds donnant envie de danser, et cette voix toujours d’une précision folle, d’un lyrisme hors norme. Oui la marchandise livrée est du Muse cent pour cent efficace. Mais si l’on parle frisson de la découverte, extase devant l’inconnu, alors là, c’est une autre limonade. Hormis ‘Break it to Me’ avec son ouverture grinçante et ses effluves de souk maghrébin et ‘Thought Contagion’ qui ose une approche organique presque nue, il faut avouer que c’est du cent pour cent standard. Il y aurait pu avoir aussi ce virage funk synthétique entamé avec ‘Propaganda’, mais il faut avouer un sentiment de compassion pour Matthew Bellamy parce que s’il se rêve là en nain pourpre, il n’arrive jamais à la cheville de Prince et perd même le fil d’un titre lancé à grands coups de tempo fracassé. On aurait vraiment adoré que les musiciens passent leurs compos dans une lessiveuse, histoire de rendre à leur musique un peu de sa tenue originale, de lui donner un coup de frais, mais probablement qu’ils ont dû égarer la clef de la buanderie sous des amoncellements d’effets.

www.muse.mu

Note : 2,5/5

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.