Comme la plupart d’entre nous, je suis très critique envers la programmation des festivals, surtout ceux que j’aime beaucoup et pour lesquels je m’autorise des mois avant à me rêver dans le siège du programmateur (sans contrainte de budget bien-sûr). Alors souvent je suis forcément déçu et parfois, comme cette année 2018 déjà millésimée, je suis ébahi par ce qui nous est proposé du côté de Montreux. La 52ème édition du MJF s’annonce en effet comme une des plus rock jamais présentée avec tellement de concerts intéressants qu’il va falloir prendre congé pendant deux semaines, camper sauvagement dans les vignes du coin et supplier la banque d’accorder rapidement au moins deux crédits pour financer tout cela.

Dans le désordre, il y aura quelques légendes du rock comme Iggy Pop ou John Cale, le dernier héritier du Velvet Underground, et les invités permanents que sont Deep Purple et Van Morrison (manque juste Santana cette année, Carlos t’es où ?) mais surtout Hollywood Vampires (emmené par Alice Cooper et Joe Perry d’Aerosmith, avec leur copain pirate Johnny Depp), Billy Idol avec son guitariste Steve Stevens dont le niveau est juste époustouflant, les Queens of The Stone Age de Josh Homme Jack White, Alice In Chains avec un nouveau chanteur, Nine Inch Nails pour leur grand retour en Suisse romande et le magnifique Nick Cave qui n’en finit pas de se bonifier avec le temps. Bien sûr, il y aura également de nombreux concerts plus grand public, mais avec des artistes de qualité tel que Rag’n’Bone Man, Angus et Julia Stone, Jamiroquai, Massive Attack, Brigitte ou encore Jamie Cullum. Pas mal aussi de concerts sympas avec des artistes d’Europe du Nord que l’on voit rarement par chez nous comme les deux sœurs Söderberg de First Aid Kit, Olafur Arnalds et Anna Von Hausswolff. Au rayon coups de cœur, il y aura la performance inédite de Jaël avec un orchestre lituanien pour revisiter ses meilleures chansons, que ce soit celles en solo, avec Lunik ou Delerium, ainsi que le concert très attendu de Charlotte Gainsbourg qui a illuminé en début d’année le festival Antigel. Et cerise sur le gâteau une soirée metal avec Gojira et l’incroyable projet de black metal gospel de Zeal & Ardor.

Comme à l’accoutumé, les concerts ont lieu dans un cadre relativement intimiste avec des salles de capacité limitée et avec une qualité sonore inégalée. Evidemment cela a malheureusement un prix, mais bon si vous n’avez pas fini de rembourser le crédit lié aux billets d’une précédente édition, il y a un marché pour les organes inutilement à double de votre corps comme les reins. Enfin, si après tout cela vous cherchez encore une raison de vous rendre à Montreux début juillet, sachez que vous échapperez ainsi à la frénésie de la phase finale de la Coupe du monde de football. Personnellement, entre les concerts de klaxons et ceux des artistes présents à Montreux, le choix est très vite fait.

www.montreuxjazzfestival.com