Retour de Metallica en terres suisses à prêt d’une année de leur dernier concert qui avait eu lieu en Romandie (vous trouverez notre report de cet évènement ici). Bien entendu, nous allons vous faire part de nos impressions.

L’évènement a commencé très tôt, l’ouverture des portes ayant déjà lieu à 15.30 heures un vendredi après-midi. A notre arrivée, il y avait passablement peu de gens présents à l’entrée du stade, la majorité étant certainement liée à leurs obligations en tant qu’employé. C’est donc devant un stade peu occupé que se sont élancé les norvégiens de Bokassa, groupe qui a un beau potentiel. Leur musique nous donne un avant-goût des festivals de cet été, et le temps passe beaucoup trop vite avant que leur concert soit fini. Bokassa est à garder dans votre ligne de mire, ils risquent de faire beaucoup de bruit. On a profité de leur passage pour les interviewer : vous le trouverez ici.

Ensuite, Ghost. Le groupe autour de Tobias Forge a rapidement gravi les marches du succès ces dernières années, avec leur dernier album en date ‘Prequelle’ qui a été acclamé par la presse spécialisée et le grand public. Le concert était à hauteur des attentes, la setlist se basant principalement sur leurs deux derniers albums, avec un crochet sur ‘Infestissumam’ pour l’incontournable ‘Year Zero’. Le charisme de Tobias Forge donne encore la touche restante pour un live se rapprochant du zéro faute, et après approximativement une heure ‘Square Hammer’ boucle l’affaire. On peut juste espérer un retour en Suisse bientôt, peut-être même comme headliner ?

En dernier, on trouve les géants du trash qui n’ont plus rien à prouver, on nomme bien entendu Metallica. Comment vous résumer leur show ? Eh bien, vous en prenez plein les yeux et les oreilles. Chaque lightshow souligne le titre joué, passant des habituelles colonnes de flammes et projecteurs à des lasers dans tout le stade. La qualité du son était au rendez-vous, et la setlist contenait les titres phares immanquables : ‘The Memory Remains’, ‘Master of Puppets’ ou ‘Seek & Destroy’, ne composant pas une liste exhaustive. On a même eu droit à ‘Frantic’, tiré de l’album le plus controversé de leur longue carrière, ‘St. Anger’. Par tradition, ils jouent un cover d’un groupe local dans chaque pays qu’ils visitent. Dans nos terres helvètes, c’est un cover de ‘The Usurper’ du groupe Celtic Frost qui y est passé. Personnellement, j’ai trouvé que le cover n’était pas réussi, mais cela n’a pas empêché les gens de redémarrer au prochain titre.

En bref, passé deux heures de concert, une clôture avec ‘Enter Sandman’, et la soirée touche à sa fin. Encore une fois la preuve que Metallica, c’est un groupe à voir et vivre en live au moins une fois dans sa vie.

www.livenation.de

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.