marduk-preview-daily-rock

Les critiques de ‘Frontschwein’, le dernier album de Marduk, commencent à tomber et leur verdict est unanime : vingt-cinq ans après leurs débuts, ils n’ont rien perdu ni de leur hargne, ni de leur haine. Sortant fidèles à eux-mêmes d’une scène qui a vu certains de ses groupes emblématiques au mieux disparaître, au pire se prostituer pour les charts, ces Suédois ne font toujours pas de compromis, délivrant à chaque concert, à chaque album, un maelstrom inoubliable de violence et de noirceur. Si vous avez soif de black metal AOC, vous savez quoi faire, surtout lorsque l’affiche est complétée par un de ces ‘fausses’ premières parties qui n’auraient pas juré au sommet de l’affiche, j’ai nommé Belphegor. Tantôt black, tantôt death selon les morceaux, l’absence de corpse paints et le goût du sang les fait pencher du côté de l’héritage de Possessed, tandis que la moiteur de leur univers les rattache davantage au métal noir scandinave. Belphegor cale donc avec fermeté ses fesses sanguinolentes sur deux terribles trônes, et conclue un argumentaire auquel un fan de metal extrême aura de la peine à résister. Quant aux deux ‘véritables’ premières parties, la première, Bliss of Flesh, se la joue bâtarde du death et du black metal, comme Belphegor mais avec peut-être plus de subtilité, tandis que la seconde, The Negation, perpétue le souvenir d’un black metal à corpse paints sans concession mais sans grande originalité non plus. Néanmoins, il y aura là certainement de quoi attiser notre appétit pour les highlights de cette grosse soirée au crépuscule de la saison hivernale !

http://pontrouge.ch