bouffon_taverneAu sein de la taverne sommeille un bouffon !
Voilà déjà 1 mois que La Taverne de la République à Genève a fait peau neuve. Désormais, elle répond au nom simplifié de ‘La Taverne’.

Pour marquer son nouveau départ, l’équipe des lieux, conduite par Patrick Vonlanthen et Didier Petitpierre, a baptisé les profondeurs de son antre ‘Le Bouffon’. En effet, au cœur d’un bar paré de bois sombre et chaleureux, où les amitiés se soudent et se créent, deux des quatre escaliers (hé, oui ! ils pensent aussi à la beauté de vos jambes) guident la clientèle à se transformer en public passionné de rock, de funk et de metal dans une salle parquetée aux murs noirs. Ces murs ont déjà accueillis bien des pointures du rock comme The Trap, les Chikitas ou encore The Living Deads. Le but de La Taverne est de créer un endroit qui ne suit pas le dictat de la musique commerciale et des groupes ayant pignon sur rue et étant plébiscités par les radios. Elle permettre aux nombreux amoureux de guitares saturées, basses ronronnantes, batteries emplies de personnalité et voix groovy de s’exprimer librement et de résister à cette pauvreté musicale, les soupes et autres détritus dont on nous rabat les oreilles dans les lieux publics. Le Bouffon n’est pas une boîte de nuit, mais bien un rendez-vous des connaisseurs de rock’n’roll et consorts.

photo_taverne

‘Le Bouffon’, un nom évocateur ? Eh bien oui, car il fait référence, hommage même, à une salle qui a vu le jour en 1983 à Genève avant de se renommer Post Tenebras Rock et de se muer en association bien connue depuis. Vous l’aurez compris, la nostalgie est aussi présente dans ce projet. Ne dit-on pas que l’on ne change pas une équipe qui gagne ? C’est vrai aussi pour La Taverne, puisque Patrick Vonlanthen et Didier Petitpierre ont tenu à garder l’ancienne équipe au complet ! Un lifting avec ceux qui l’aime ne pouvait qu’améliorer ce quartier général des rockeurs.

Le haut de La Taverne accueille également un espace ouvert à la clientèle, qui lui est prêté gracieusement pour des événements ponctuels : anniversaires, assemblées générales ou divers apéro, tout cela sous la bienveillance d’un lapin sombre et gigantesque aux abdominaux imposants. Le gardien de La Taverne ?

Posez les pieds une seule fois sur le bois de son sol, accoudez-vous à son comptoir, installez-vous à une de ses tables, enfoncez-vous dans un de ses canapés, profitez de la terrasse étonnamment agréable pour sa petite surface, sans oublier de vous trémousser ou de headbanger au sous-sol, en bonne compagnie : vous ne pourrez plus vous passez de La Taverne et de son Bouffon !

Maintenant que vous êtes informés, avertis, avisés, instruits, prévenus, briefés et en un mot « mis au parfum » (merci le dico des synonymes), votre absence sera d’autant plus criante. Non, sans déconner, viendez les gens, on s’boira une mousse en chantant sur ‘Highway to Hell’!

fb.com/taverne.delarepublique.3

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.