La circulation rend toujours le trajet vers Zurich un peu épineux en semaine, et cela nous a malheureusement causé de manquer le groupe qui a démarré les hostilités durant cette soirée, nous avons nommé Bloodbath. Mon anticipation pour le groupe de death metal suédois était bien là, mais le combat à travers le trafic a mené à quelques pertes. Mais ce n’était bien entendu que le début : nous nous sommes retrouvés dans une Halle 622 considérablement bien remplie pour un début de semaine, et exactement à l’heure pour Hatebreed. Le public était très varié, des représentants de chaque genre défilant sur ce scène ce soir-là pouvant clairement être déterminés.

Les Américains ont démontré qu’ils font partie des poids lourds du hardcore en nous écrasant avec leurs riffs de doubles tonnes, étant le groupe ayant joué le plus fort de la soirée avec les basses à faire trembler les tympans. Quelques légers mouvements de foule ont eu lieu suite aux encouragements du chanteur Jamey Jasta, mais la participation ne battait pas son plein. On sentait que le weekend n’avait pas été reposant pour tout le monde. Ils nous ont livré un set qui sentait pourtant bon les mosh, et qui a quand même bien réchauffé les gens grâce à des hochements de tête énergiques.

Place ensuite à Dimmu Borgir pour leur premier retour en Suisse depuis un sacré bout de temps. Ils nous ont proposé une setlist fixée principalement, bien entendu, sur leur nouvel album ‘Eonian’, mais on y a aussi retrouvé des vieilleries incontournables qui font bien plaisir : ‘The Mourning Palace‘, ou encore ‘Indoctrination’. On notera avec regret les synthés et les samples de chœur qui avaient par moment de la peine à s’imposer, tout comme la voix de Shagrath. Mais en somme toute, un concert couvrant vraiment tous les besoins de la part des norvégiens !

Finalement, le dernier groupe de la soirée. Le concert commence par une projection sur un rideau, nous avertissant avec sympathie que Zurich devait se préparer à en prendre bien cher. Tomber de rideau, on trouve les Allemands Kreator qui nous balancent comme entrée ‘Enemy of God’. Et c’est à ce moment qu’on remarque aussi que c’est eux qui sont le plus attendus durant cette soirée à la Halle 622. Et ils en font des caisses : pyrotechnie, backdrop avec une immense tête de gargouille aux yeux en led, apparaissant et disparaissant dans la brume constante, ça pète les yeux dans tous les sens. Et eux, imperturbables malgré tout cela, nous servent du bon vieux trash, menant à la joie et à la formation de petits pogos. En somme toute, une soirée placée sous le signe de la cohabitation des différents genres dans le metal, et ça fait du bien !

www.halle622.ch

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.