Après presque 25 ans de carrière, Kampfar est devenu l’un des groupes les plus puissants en matière de musique extrême sur scène. Des albums en tête de classement et l’équivalent d’un Grammy Award en Norvège à la cérémonie Spellemann pour leur album « Profan », tout semblait aller pour le mieux pour les Norvégiens. Pourtant, derrière la musique et l’intensité des shows se cachait un mal-être qui a bien failli mener à la séparation du groupe.

Dolk, qui a créé le groupe en 1994, chante et joue de la batterie. À sa demande, Thomas le rejoint à la guitare et au clavier. Le groupe devient alors un trésor de l’underground encore peu connu, dont les albums sont aujourd’hui des références. Dix ans plus tard, avant leur première performance live, le bassiste Jon et le batteur Ast Ty rejoignent la bande. Trois albums sortent et Thomas annonce son départ. Il aura quand même laissé son empreinte sur l’album « Mare » sorti en 2011.

Cet enregistrement, qui a marqué un changement dans le style et le mode d’expression du groupe, servira de ligne de conduite pour tous les prochains opus. L’arrivée du nouveau guitariste et compositeur Ole Who apporte une nouvelle force à la bande. Avec les albums « Djevelmakt » et « Profan », Kampfar a ouvert la voie à une nouvelle ère pour le black metal norvégien. Alors que certains ont perdu leur férocité et leur passion, Kampfar prouve une nouvelle fois qu’ils sont plus que jamais insatiables.

Toutefois, la vie a le don de nous surprendre.  En effet, à la suite de problèmes de santé, le groupe est contraint de ralentir la cadence. Au cours de l’été 2017, les membres exigent un changement radical au sein du groupe, sous peine d’y mettre fin. Pendant une année, ils coupent les ponts et continuent leurs vies, chacun de leur côté. Dolk déclare qu’il s’agissait de la seule solution pour que le groupe puisse guérir. À la fin de cette année, le break porte ses fruits puisque le groupe enregistre un nouvel album : « Ofidians Manifest », qui sortira le 3 mai 2019.

Bien que les démos aient été écrites par Ole au printemps 2018, qui s’est laissé inspirer par son chagrin causé par la perte de son père pendant cette période, l’écriture des morceaux s’est faite sur deux mois en automne la même année et l’album a été enregistré en un mois.

Des semaines d’intense créativité ont suivi et ont permis la naissance de cet opus. Dans le cadre du processus de guérison, le groupe décide de collaborer avec la chanteuse Agnete Kjølsrud sur le titre « Dominans ». De ce duo ressort une harmonie parfaite des deux voix différentes, qui se complètent parfaitement.

Encore une fois, le groupe a décidé de tourner un clip en Pologne, mais cette fois avec le réalisateur Dariusz Szermanowicz de Grupa 13. Le clip est une représentation chaotique du chemin vers l’équilibre, un endroit que personne ne connaît mais vers lequel tout le monde se dirige.

Vingt-cinq ans après leur formation, la seule condition pour sortir un nouvel album était de se surpasser et de faire mieux que ce qui avait été fait auparavant. Cet album est donc un condensé des combats qui ont été menés ces dernières années. Tout ce qui se cachait derrière la musique et les concerts est désormais exposé au grand jour.

Plus d’infos sur www.kampfar.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.