Les Italiens de Father Murphy officient dans la bande-son de messes grises pour évadés d’asile psychiatrique. Quant à Jarboe (il semble que ça soit son vrai nom, certains parents sont des criminels), vous connaissez son timbre de voix joliment allumé, évoquant une Lisa Gerrard polytox, si vous avez pris le temps d’écouter quelques alboumes des Swans. Comment ces deux-là n’auraient-ils pas fini par bricoler des sons ensemble ? Les deux titres qu’ils nous permettent, merci Madame merci Monsieur, de nous ‘enesgourder’ ici est à l’exacte hauteur de ce que l’on peut en espérer, soit ça ne ressemble à rien. ‘The Ferryman’ est une ballade monocorde et introspective, traversée d’un même accord lancinant joué sur va savoir quel instrument médiéval malsain, qui doit aussi servir à torturer des hérétiques si on s’en sert correctement. Interrompu par un long silence, le titre s’achève sur un ensemble de sons peu compréhensibles, sauf peut-être du passager clandestin d’un rafiot en perdition. Sur ‘Truth or Consequences’, une intro bruitiste fait place à un clavier à l’écho funèbre, rejoint par un orgue rendant ses derniers souffles, puis par le hululement glacé de notre imprononçable amie pour une courte invocation dans l’écho d’un monastère sans nom. Idéal pour égayer vos soirées Monopoly avec vos souriants voisins.

Note : 3/5

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.