©Kenneth Sporsheim- Metal Hammer Norway

Que les fêtes de Pâques soient aussi obscures que les salles de concerts qui nous attendent. Une nouvelle édition dans les entres d’une Norvège assiégée par les guerriers du black metal va débuter : le Inferno Festival est annoncé !

Daily Rock a une nouvelle fois eu la chance de collaborer avec l’excellent journal Metal Hammer Norway. Un grand merci à leur photographe Kenneth Sporsheim (www.instagram.com/kenspo) qui a illustré de tout son talent notre article et cette grande légende nordique : Le Inferno Festival…


Mercredi 12 avril 2017

Le ‘ Club Day ’ ouvre les festivités…

Comme tout nordique qui se respecte, il est obligatoire de commencer chaque soirée pas un ‘vorspiel’. Communément nommé apéro dans nos contrées (la nourriture en moins) ce rituel consiste tout bonnement… à boire ! C’est donc bière en mains que mon acolyte et moi levons nos verres avant la guerre.

Apéro en veines, c’est malgré tout très sobres (il fait froid on dessoule vite), que nous arrivons dans la salle du Parkteatret, prêts à découvrir le live de Darvaza. Deux EP très remarqués ont suffi à ce groupe pour obtenir l’attention méritée. Du black metal oldschool et c’est tout ! Le son est pur, la voix naturellement menaçante et c’est cette simplicité d’exécution et la qualité des compositions qui donnent tout le crédit mérité à Darvaza. Un groupe à suivre de près, en exclusivité chez Terratur Possessions. (www.terraturpossessions.com)

Un regret tout de même, j’ai loupé le show de Red Harvest qui selon toutes rumeurs était LE concert de la soirée grrr j’irai en enfer pour ça mais c’est tant mieux, car c’est exactement là que je me dirige pour découvrir Furze. Plus connu pour son doom psychédélique, les apparences live du groupe sont rares et il est difficile de prévoir ce qui va se jouer quand soudain, c’est l’extase : Imaginez-vous assis près d’un arbre qui raconte les racines du black metal underground pour vous dévoiler finalement toute la splendeur de son feuillage tissé de riffs, rappelant les premiers Black Sabbath et Pentagram … Alors Furze ? Nonante minutes de pur talent, un concert incroyable, la plus belle torture de cette soirée ! (www.facebook.com/Furzebook)

©Maud Robadey – Daily Rock

Jeudi 13 avril 2017

Le venin britannique

Après un ‘Club Day’ qui a tenu toutes ses promesses, c’est au cœur du Rockefeller que le premier jour officiel du festival nous a cloué les pieds au sol : Venom Inc, Destruction et Carcass. Je crois que la messe est dite !

On en a à la pelle, des groupes qui se reforment ou qui se séparent, il est alors judicieux de se demander si Venom Inc peut perpétuer la légende. Mais pour les plus avertis, on ne discute pas ici de nouveaux membres ou de reformation. Non, on compresse les projets parallèles et les collaborations passées pour prolonger l’histoire. Petite explication : Vemon Inc c’est Jeff « Mantas » Dunn (guitare) et Anthony « Abaddon » Bray (batterie) qui décident de (re)fonder le groupe en compagnie du chateur et bassiste Tony Man, qui a lui aussi dans le passé fait partie de Venom. Vous ne suivez plus ? Ok on arrête là, je ne vais pas vous la jouer Wikipédia. Cela dit, je suis impatiente de découvrir l’alliance nouvelle, et c’est comment dire… et bien c’est du Venom, classe, sobre, efficace et définitivement détenteur des premiers riffs qui influenceront plus tard tant de groupes. Rien n’est à réinventer, les bases et les racines sont là, juste ce petit Inc à ne pas oublier en mention. (www.venom-inc.com)

©Kenneth Sporsheim – Metal Hammer Norway

Destruction arrive du coup un peu comme une boule dans un quille alors qu’on était en train de planner gentiment sur le passé avec nos vieux cuirs et nos bières tels de vrais nostalgiques… Jetez vos verres en l’air, mettez vos boules quies, c’est l’heure du thrash allemand. J’avais bien tripé sur leur dernier essais ‘Under Attack’ mais je crois que perso, je préfère l’écouter dans mon salon, ou alors je dis ça parce que j’ai besoin d’une bonne excuse pour aller boire un Lemmy avant Carcass. (www.destruction.de)

Ah Carcass, c’est quand même toujours la qualité à l’état pur. C’est clinique, d’une précision chirurgicale et sans fausse note. Il y a des choses qui ne se décrivent pas, un long métrage dont on ne se lasse pas. (www.facebook.com/OfficialCarcass)

©Kenneth Sporsheim – Metal Hammer Norway

Vendredi 14 avril 2017

 Samael trente ans de règne VS Gorgoroth vingt-cinq ans de malheur

 Le vendredi, c’est anniversaire party ! Sauf que tes pots sont tous déguisés la même chose et que ta grand-maman n’est pas invitée. Ce soir c’est Samael et Gorgoroth qui régalent. Au menu, la crème de la crème…brûlée ! Une bonne leçon donnée par deux pionniers !

Je crois qu’il n’est pas nécessaire de préciser que c’est nos chers compatriotes de Samael que nous sommes venus soutenir ce soir ! Alors quand en plus ils nous promettent de fêter leurs trente ans de scène avec une rétrospective et des nouveaux titres en avant-première pour l’occasion, on en prend plein les oreilles ! Je crois que pour vous décrire ce concert, il n’y a pas mieux que les mots d’une Américaine venue jusqu’en Norvège pour ce festival, et à qui je demande comment elle trouve le concert : « Je suis désolée, je ne peux pas te parler maintenant, je vis un grand moment ». Samael, vous nous avez carrément mis à genoux! (www.samael.info)

©Kenneth Sporsheim – Metal Hammer Norway

Mais nos Suisses n’étaient pas les seuls à choisir cette date pour fêter leur anniversaire, Gorgoroth aussi a profité de l’occasion pour célébrer ses vingt-cinq ans de pacte avec le diable. Lumière rouge, regards de feu et sérieux scénique : Lucifer est de retour aux affaires et il n’a pas perdu la main. (www.gorgoroth.info)

Samedi 15 avrils 2017

Abbath the blues…

Ah les derniers jours de festivals, qu’est-ce qu’on a l’air en forme ! On traine les pieds, on a la marque du bar au coude mais on est debout malgré tout et on assume les lendemains d’hier… Enfin là je parle de nous parce que qu’il y en a pour qui c’est bien plus dur d’assumer…

En effet, il nous sera bien difficile de parler du concert d’Abbath, car c’est après quatre titres seulement que ce dernier a décidé de quitter la scène en éclatant sa guitare (je ne vais pas tergiverser sur les éventuelles raisons de cette crise, vous avez tous internet pour ça). Dommage pour ceux qui ont traversé le globe pour assister au concert, mais ils peuvent se consoler en se disant que comme promis, ce fut épic! (www.abbath.net)

©Kenneth Sporsheim – Metal Hammer Norway

Malgré cette fausse note, ce dernier soir avait son inédit. Slagmaur a proposé un show théâtral en brulant un homme vif sur sa croix. Pas du meilleur goût pour tout le monde mais il faut garder en tête que c’est un show et que ce sont des acteurs. Mais tout de même, il faut le dire, ce soir on en a pris bien plus dans les yeux que dans les oreilles (www.facebook.com/slagmaurofficial)

Le Inferno est décidément bien plus qu’un festival : c’est le paradis en enfer ! Vous devez absolument le vivre une fois ! Merci à toute l’organisation pour son magnifique accueil et une chose est certaine, on se retrouve l’année prochaine !

©Kenneth Sporsheim – Metal Hammer Norway

www.infernofestival.net
www.metalhammer.no

 

 

 

Kenneth Sporsheim – Metal Hammer Norway

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.