Ce début de mois de novembre a beau ne pas être glacial, il nous fait tout de même regretter la canicule de cet été par moments. Quelques centaines de personnes ont donc eu la bonne idée de se réfugier aux Docks de Lausanne pour se réchauffer lors d’une soirée déjantée.

Owlle, seule sur scène, a démarré en douceur avec une série de titres mi dépressifs, mi rythmés. Une énorme collection de micros (dont on n’a pas complétement saisi l’usage) ornaient un côté de la scène, se tenant devant elle tels les branches d’un arbre enchanté. Le public semble adhérer à l’univers de la française, c’est pari gagné pour elle !

Les gens sont au taquet lorsqu’Hyphen Hyphen arrive enfin et il n’aura fallu que quelques notes pour que tout le monde se mette à sauter et danser. Le groupe ne se ménage pas, toutes et tous semblent avoir des ressorts aux pieds et des batteries surpuissantes ; nos yeux ont presque du mal à les suivre ! Ils font tout de même une pause pour une ballade après avoir pris quelques minutes pour faire des « peintures de guerre » sur les visages des spectateurs qui n’en avaient pas déjà. Au final, Hyphen Hyphen a proposé un set énergique d’un peu plus d’une heure. On en aurait voulu un peu plus pour une tête d’affiche mais les français ont su prouvé que l’incident de l’Olympia n’était qu’un pneu crevé sur la route qui les mène au plus grand succès.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.