Hubeskyla en 2018, c’est ce genre de groupe désinvolte, un peu psychédélique, qui te ramène droit vers les 70’s fumeuses d’un joint qui se consume nonchalamment entre tes doigts. La production est tout aussi nonchalante, ce qui colle bien avec ce style finalement. C’est chouette pour l’ambiance vintage, mais un poil plus de dynamisme n’aurait pas fait de mal. La voix surtout, bien que passablement habitée, est souvent engloutie dans le amas distordu et imposant des guitares. Les morceaux, qui tirent parfois sur les Doors (‘It Starts to Make Sens’), grâce à l’orgue au son caractéristique et à des ambiances qui s’étirent en longueur (‘They Control us all’) et un chanteur qui semble planer bien haut, se marient joliment avec ce rock lent, batterie lourde. Hubeskyla avait déjà surpris agréablement en 2012 avec ‘Spencer’s Return’ et son rock plus kraut, aux riffs parfois saccadés et au son de guitare moins traînant et plus métallique. Ils s’aventurent aujourd’hui, le chant en plus, dans des contrées plus brumeuses, qui leur vont tout aussi bien finalement. Seul le dernier titre, ‘Punishment’, se pose en unique vestige de quatorze minutes des chemins pris sur leur ancien album. ‘Fly on the Wings of Love’, un savoureux revival.

hubeskyla.bandcamp.com

Note : 3,5/5

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.