Comme suggéré par son titre, voici la troisième sortie des Fribourgeois que l’on aime tant. Ce qui est bien avec la couverture de l’album, c’est que l’on sait déjà comment notre cerveau sera à la fin de l’écoute. Le trio ne révolutionne pas le genre, mais ce n’est pas ce que l’on veut et ça tombe bien. Mine de rien, le groupe est capable de convaincre avec les passages plus lents et posés ainsi qu’avec les parties de blast en mode folie furieuse. Ce qui ressort après l’écoute est certainement la batterie. Derrière les fûts, une sorte de poulpe tabasse sur les toms et les cymbales avec une facilité déconcertante. D’ailleurs, le batteur s’est chargé de toute la partie production et il n’a pas eu tort, le bougre ! Très bien suivi par les guitares très lourdes et par une voix qui alterne entre hardcore et hurlements, ces 17 morceaux passent comme une lettre à la poste en courrier A.

Facebook.com/gulgutagrindcore

Note : 4.5/5

Auteur: Domenico Troilo

A propos de l'auteur

Articles similaires