Grant Lee Phillips nous livre ici un neuvième album déroutant car assez moyen au premier abord. Rien de bien méchant, il fera plaisir à tante Agathe un lendemain de fêtes. Ici, tout sonne un peu trop propret alors que les chansons ont été inspirées par les nuits d’insomnies de GLP, causées notamment par la sale ambiance sociale américaine. On pouvait donc s’attendre à du plus incisif, du plus velu. Les textes sont donc à écouter/lire attentivement, car musicalement c’est du gentil middle of the road trop balisé. Pourtant on retiendra quand même ‘King of Catastrophes’ doucement beatlesienne et ‘Something’s Gotta Give’ presque échappée de l’époque ‘Fuzzy’. Mais peut-être ‘Widdershins’ fait-il aussi partie de ces albums qui grandissent au fil des mois.  [FS]

www.grantleephillips.com

Note : 3/5

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.