itw_garadh

Avec ce troisième opus, les Genevois de Garadh montrent un visage plus adulte que jamais. Rencontre avec leur guitariste, Yves Mabillard.

Que signifie le titre de votre album ‘Need A Change’ ?
Pour nous, c’est l’album de la maturité. Par rapport au précédent, la grande différence c’est que celui-ci on l’a complètement auto-produit, sans avis extérieur, là où ‘The Burden Of Absence’ était co-produit par Nicolas Haerri. On a pas changé le style de Garadh, ça reste dans une continuité, mais disons qu’on a mûri.

Vous avez sorti un clip plutôt impressionnant pour maquer cette sortie !
Oui, on l’a aussi produit nous-mêmes, pour la chanson ‘Every Single Day’. On a essayé de faire les choses de manière très professionnelle, comme le précédent qui illustrait le titre ‘Denial’. On voulait pas juste jouer dans une pièce avec deux plans de caméra. D’ailleurs on apparaît même pas à l’écran : c’était la seule instruction qu’on a donnée à Blaise Villars, le réalisateur. Il nous a immédiatement proposé Robert Szuplewski, qui est son acteur-fétiche, avec différentes idées de scénario. On est très contents du résultat.

Sur quatre membres, Garadh compte trois frères. Te sens-tu parfois en décalage avec eux, ou te considèrent-ils aussi comme un frère ?
Oh, comme un frère, c’est peut-être un peu fort, j’ai pas la prétention d’être le quatrième. On est de bons amis depuis longtemps, après il arrive qu’ils n’aient pas besoin de se parler pour se comprendre, ils ont des automatismes et c’est à moi de faire l’effort de saisir de quoi ils parlent, ce qui n’est pas toujours évident. Après l’avantage c’est qu’en tant qu’élément extérieur, j’apporte une vision et une réflexion musicale qui sort de leurs habitudes, et c’est un enrichissement autant pour eux que pour moi.

itw_garadh.cd

www.facebook.com/Garadh

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.