forks2

Le groupe veveysan, avec un deuxième album sous le coude, commence à le défendre sur scène où toute l’ampleur de leur musique se dévoile. Une expérience à la fois musicale et spirituelle, comme nous l’explique Mehdi Benkler.

Votre premier album a reçu beaucoup de bonnes critiques. Comment avez-vous abordé le second?
On a commencé à travailler des nouveaux morceaux assez rapidement. Les chansons ont plus été composées dans la souffrance ; nous n’étions pas tous dans des moments paisibles dans nos vies. Cet album est une sorte de ‘photographie de nos psychés’.
On a travaillé sur un socle de basses. Comparé au premier album où on peut dire que la plupart des morceaux sont construits sur un riff, ici Pacificique (basse) a pris les choses en main. Pour ‘Profondo Rosso’ par exemple, il ne cache pas son amour pour Gobelin, groupe de musique italien connu pour avoir composé les musiques de films de Dario Argento. Ce qui me fait dire que le côté ‘soundtrack’ dans la musique nous a inspiré aussi. Ma plus grande inspiration dans cet album fût cette phrase tirée du film de Claude Miller ‘Mortelle Randonnée’ (1983) : ‘PS : Prends garde, les forces du mal montent vers toi comme des araignées’.

Vous avez produit le premier album à la Fonderie, puis avec Bertand Siffert, comment s’est déroulé l’enregistrement ?
On a décidé d’enregistrer dans la même pièce. J’avais toujours en tête les images de sessions d’enregistrements des 60’s et 70’s où les mecs (ou meufs, 2016 oblige) enregistraient avec leurs amplis aussi dans la même pièce. Que les fréquences de l’ampli basse viennent taquiner celle de la guitare, que les cymbales s’enroulent autour de la guitare, bref un groupe de musique live quoi ! J’ai l’impression qu’avoir isolé chaque instrument dans des pièces séparées a facilité la vie des musiciens et des ingés sons, mais a tué une certaine idée de ce qu’est un groupe.

Le mot qui vient immédiatement à l’esprit à l’écoute de votre musique, c’est la transe. Est-ce quelque chose que vous ressentez lors de l’écriture, en répète ou sur scène ?
J’écoute beaucoup de musique transcendantale, de Alice Coltrane à Swans en passant par Popol Vuh. Il est très dur de trouver de la spiritualité dans ce monde, tout est fait pour vous en éloigner. Du coup, c’est une lutte permanente. Mais le plus important, c’est la scène, du coup il faudrait poser la question aux gens qui nous ont vu! 

www.forksmusic.ch

Articles similaires

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.