Festiverbant nous propose depuis plus de vingt ans des concerts gratuits dans la campagne genevoise et un savant mélange de blues et de rock, représentant un peu tous les styles, du métal au blues acoustique, en passant par le hard rock, le punk ou le blues rock rugueux.

Cette année dans la catégorie métal, c’est le groupe suisse allemand Crystal Ball qui tenait la vedette du vendredi soir, soirée qui fut clôturée par l’excellent blues rock de Jessie Lee & the Alchemists, un des tout bons groupes de blues du moment dans l’hexagone voisin, et manifestement une bonne surprise pour les spectateurs qui ne les connaissaient pas. Le groupe fut rejoint par l’invité surprise du week-end, l’irlandais Johnny Gallagher, que l’on a pu voir à des nombreuses reprises dans la région depuis quelques années (Festiverbant, Guitare en Scène, Morzine, etc…). La soirée avait été ouverte par les excellents Spit Reckless, dont le premier album sorti un peu plus tôt cette année a été noté 5/5 par votre magazine de rock préféré.  A noter aussi, les passages d’Adrien Karlen et sa cornememuse rock celtic à l’apéro et lors des changements de plateau.

Les Ascenders, groupe local de rock dont nous avons également parlé il y a peu, ouvrait la soirée du samedi, consacrée au rock et au blues rock, suivi de Miss America, que nous avions découvert dans les Tremplins  de Guitare en Scène en 2018. Dans sa formation un peu renouvelée, Miss America est monté en puissance et en qualité depuis l’an dernier et à fourni une excellente prestation et un très bonne surprise à ceux qui ne les connaissaient pas et qui attendaient Manu Lanvin. Le terme d’endiablé colle comme un gant à la prestation de Manu Lanvin & Blues Devils : une prestation technique éblouissante, un show sans relâche et sans temps morts et une communion parfaite avec le public entretenue tout au long du concert par le charismatique Manu Lanvin. Johnny Gallagher, vu le soir avant, rejoindra également Manu Lanvin sur scène pour un trop court morceau. A voir de toute urgence pour les amateurs de blues rock la prochaine fois qu’il passe dans la région. Et la soirée s’acheva avec le punk rock des Green Fathers, un enchaînement excellent pour ceux qui voulaient encore profiter un peu de la soirée. Yvan Franel, le chanteur de Stevans le rejoindra sur scène pour chanter un morceau de Iggy Pop.

Le dimanche, c’est Toxic Gazoline et leur blues râpeux qui ont ouverts les feux à l’heure de l’apéro. Ils ont été suivis par nos stars locales, le Beau Lac de Bâle, qui sont présents au Festiverbant quasiment une année sur deux, dans leur formation quasi maximale avec 6 choristes : si Phil Spector a inventé le « Wall of Sound », le BLB a inventé le « Wall of Choristes ». Excellente prestation qui a ravi le nombreux public venu les écouter. Le dimanche étant également le jour des tribute bands, Strange Kind of Women, un groupe entièrement féminin venu d’Italie nous a proposé des reprises de Deep Purple. Et quelles reprises ! Le show est excellent et techniquement prodigieux, et en plus mené par des filles souriantes et radieuses d’être là. De l’avis de beaucoup un des meilleur tribute band qu’on ait eu l’occasion de voir à Festiverbant.

Toutes mes photos de Festiverbant : ici
www.festiverbant.ch/