Judas Priest, par Alex Pradervand

Judas Priest, par Alex Pradervand

On continue la série des fans reports ! Cette fois, c’est Alex Pradervand, un abonné, qui nous raconte le concert de Judas Priest auquel il a eu la chance d’assister grâce au concours mis en place par Daily Rock.


Quand ado tu as découvert le Heavy Metal avec « Painkiller » et usé jusqu’à la corde « British Steel », un concert de Judas Priest, c’est forcément particulier… Surtout quand il s’agit du premier ! Une anomalie à rattraper donc, mais avec quelques inquiétudes.  Certes, ce sont des dieux vivants, mais des dieux de plus de soixante ans aussi.

Grâce à Daily Rock (merci, merci et merci), on découvre une Arena pas très remplie, avec un public regroupant plusieurs générations. Au passage, on soulignera qu’une semaine après les évènements du Bataclan, il n’y avait aucun contrôle de sécurité à l’entrée, même pas la petite palpation superficielle inutile à laquelle on est pourtant habitués.

La première partie, Black Star Riders, ne m’est pas connue. Un rapide tour sur Wikipédia m’indique qu’il s’agit des musiciens de Thin Lizzy avec au chant Ricky Warwick (ex-The Almighty) que je n’aurais jamais reconnu avec ses petits airs de Mathieu Valbuena. Le groupe joue bien, semble content d’être là malgré un éclairage ridicule (le parking CFF à proximité est mieux éclairé…) et un public peu acquis à sa cause. Les classiques de Thin Lizzy sont joués, enfin les deux que je connais (« The Boys Are Back In Town » et « Whiskey In The Jar »). Au final, un moment plaisant qui dure le temps règlementaire. Faut pas rigoler, on est là pour le Priest.

Le set à peine terminé, un énorme rideau floqué du logo Judas Priest descend devant la scène et il faut patienter avec AC/DC dans la sono. Finalement, les australiens font place à « War Pigs » de Black Sabbath qui annonce que cela va démarrer.

Judas Priest, par Alex Pradervand

Judas Priest, par Alex Pradervand

Le public n’en demande pas moins et scande « Priest, Priest, Priest ». Le rideau tombe et les musiciens, sauf Rob, sont sur scène en train de lancer le concert avec un morceau que je ne connais pas. Halford débarque non pas en moto, mais avec ….une canne. Petite inquiétude de voir le Metal God avec une aide pour marcher mais heureusement, on s’aperçoit rapidement que cela fait juste partie de l’accoutrement.

Le show fait la part belle aux classiques avec rapidement « Metal God », « Desert Plains » et « Victim Of Changes » (enregistrée il y a plus de quarante ans !). Halford change de tenue entre presque chaque morceau, au besoin en débutant les premières phrases des chansons depuis son « vestiaire » sur le côté de la scène. Au niveau vocal, il assure. Le groupe n’est pas en reste, même si les autres membres historiques ne sont pas très mobiles. Glenn est à peine plus expressif que Mick Mars du Crüe. En revanche, le nouveau guitariste est juste parfait et joue avec le public comme un vrai pro.

Le vieux fan que je suis est content car il a également droit à « Turbo Lover » et « Screaming For Vengeance », avant un « Breaking The Law » toujours aussi bon. A peine le temps de souffler que Rob revient sur scène avec sa moto et lance un « Hell Bent For Leather » avec la cravache entre les dents.

Les morceaux s’enchaînent rapidement, mais Halford prend le temps de communiquer avec le public, ce qui est toujours apprécié. Après « You’ve Got Another Thing Comin », le groupe lance « Painkiller » puis termine son rappel avec un « Living After Midnight » rallongé pour faire participer la foule. Les musiciens viennent ensuite au centre de la scène pour saluer le public avant de se retirer définitivement après avoir joué près de cent minutes. La setlist est probablement identique chaque soir car celle qui était sur scène est plastifiée et récupérée par le staff une fois le concert terminé.

Au final, une très bonne soirée metal et un truc de moins sur la bucket list des concerts. Seul bémol s’il faut en trouver un : pas de « Ram It Down » !

Judas Priest, par Alex Pradervand

Judas Priest, par Alex Pradervand

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.