Après le départ de tous ses membres, Frankie Palmeri a dû renaître de ses cendres et recommencer tout à zéro pour créer ‘Look at Yourself’, un album plus brut que jamais. De quoi donner un renouveau au groupe, avec une remise en question et une volonté d’aller de l’avant, plus que jamais.

Quel fut ton premier sentiment lorsque tu as tout dû recommencer à zéro : plutôt comme un Phoenix renaissant de ses cendres plus fort que jamais ou comme un terrain vague désolé qui n’attend que le printemps?
Franchement… Un peu des deux.

Tu dis avoir beaucoup grandi en tant qu’individu, comment cela s’est-il ressenti sur ta musique ?
Je suis bien plus conscient de l’image que je donne dans le monde de la musique. J’ai dit beaucoup de conneries dont je ne suis pas fier lorsque je me les remémore. En matière de créativité, j’ai évolué et souhaite montrer autre chose maintenant avec ce nouveau groupe et ces nouvelles personnes, tout en gardant ce côté brut et honnête propre à Emmure.
C’est pour cela que tu as appelé ton album ‘Look at Yourself’ ?
On pourrait dire ça comme ça. Parfois, je tourne le microscope vers moi-même, et du coup l’album est beaucoup plus introspectif. Mais parfois, je parle de moi à la troisième personne ou j’évoque encore ma façon de voir le monde et les individus de mon propre point de vue. Cet album est avant tout un microscope tourné vers chacun, moi y compris.

Quel fut l’élément déclencheur pour que tu te sois dit ‘je vais faire l’album le plus heavy de ma carrière’ ?
Ce fut une rencontre au sommet avec de grands esprits : moi, Joshua Travis et notre producteur, Drew Fulk. On a eu une connexion très forte où beaucoup d’énergie et d’agressivité ont découlé. On a beaucoup parlé de la façon dont un bon album bruyant devait être composé, et on l’a fait.

Avec tout se qui se passe actuellement en matière de politique, ne penses-tu pas que le metalcore pourrait connaître un renouveau, avec ses riffs violents et ses paroles franches ?
C’est marrant, j’ai justement entendu des gens dire que le mauvais climat social et politique font que les gens s’orientent naturellement vers de la musique plus extrême. Peut-être qu’ils ont raison. Il n’y a qu’une façon de voir ce qui se passera tant au niveau politique que musical, n’est-ce pas ?

www.emmure.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.