Un album tout neuf et un nouveau line-up pour les Suisses de Eluveitie, ça en fait des choses à raconter pour Chrigel Glanzmann et Fabienne Erni, nouvelle chanteuse. Le groupe a répondu à nos questions avant leur passage sur la scène du Greenfield Festival cet été. 



Nouveau line-up pour Eluveitie ! Est-ce que ceci a apporté des changements au niveau du son ou de la composition ?

Chrigel : Pour ‘Evocation II – Pantheon’, nous avons composé en groupe plus que pour les autres albums d’Eluveitie.
Maintenant que j’ai pu l’écouter quelques fois, je trouve qu’il sonne à 100 % comme du Eluveitie mais bien entendu chaque nouveau musicien a apporté sa touche et sa façon de s’exprimer.



Cet album est la deuxième partie de ‘Evocation I’, sorti en 2009. Est-ce que tu peux nous en dire plus ?
‘Evocation II’ est un album acoustique et très folky, comme ‘Evocation I’. Si on compare les guitares, celui-ci est bien plus élaboré. Les paroles sont entièrement en gaélique. Elles sont toujours basées sur le monde celtique, nous avons été aidés par des linguistes, historiens et sociologues qui s’occupent de la traduction. C’est une langue morte, et même si elle est bien documentée, il reste encore des zones d’ombre, et il faut parfois construire des mots. 



La mélodie de la chanson ‘Ogmios’ est très similaire à celle de ‘Inis Mona’…
C’est exactement la même ! L’album est plein de petits détails qui font des connections avec d’autres chansons d’Eluveitie. Pour ‘Ogmios’ c’est plus évident mais sur tous les titres, il y aura des moments où les fans se diront ‘Ah tiens, j’ai déjà entendu ça, ça vient de telle chanson !’ ‘Ogmios’ combine trois chansons d’Eluveitie qui parlent du même thème. ‘Inis’ signifie ‘île’, et ‘Inis Mona’ était une île très importante pour les Celtes car c’est là que se trouvait la plus grande école de druides.

Le titre ‘Artio’ parle d’une déesse helvétique.

C’est une déesse helvétique connectée aux ours, grâce à qui un ours figure sur le drapeau bernois. Cette chanson est écrite de la perspective d’une jeune femme gaélique vivant des tragédies relatives à la guerre. ‘Artio’ représente la maison et tout ce qui te manques lorsque tu en es éloigné.
Fabienne : En l’enregistrant, j’ai essayé d’en faire une histoire : j’ai imaginé une jeune femme, loin de chez elle, qui pense à sa famille, ses amis et peut-être un copain. Cette fille se tient quelque part dans la nature, dans la forêt, et revient sur ses souvenirs.

www.eluveitie.ch

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.