On a profité de la sortie de leur nouvel album pour en prendre la température avec Fred, le fort sympathique chanteur du groupe.

Si vous deviez définir ces onze titres en une émotion, laquelle serait-elle et pourquoi?
Je pense que l’émotion qui ressort globalement de cet album est le besoin. Le besoin qu’a chaque être humain d’aimer et d’être aimé, le besoin de comprendre, le besoin de prendre de la hauteur par rapport au monde dans lequel il vit.

Vous avez une forte influence rock 90’s. Peut-on vous considérer comme des voyageurs dans le temps?
Non, on n’est pas dans le trip nostalgique du c’était mieux avant, pas du tout. On est naturellement influencés par des groupes qu’on a écouté à l’époque, dans les années 90. Cela dit, on est presque tous issus du Metal, aussi surprenant que cela puisse être. Parfois on ne choisi pas la musique qu’on joue, c’est elle qui vous choisit !

Vous vous êtes focalisés sur l’enregistrement depuis 2015. Cet album est-il entièrement autoproduit?
Nous avons laissé carte blanche à Valentin Oberson pour le réarrangement au piano de la chanson Is anybody here ? interprété par sa femme Eveline. Notre ingénieur du son, Patrick Matthey, nous a apporté de précieux conseils et des remarques constructives. Côté finances, c’est un projet qui a été financé à 90 % par nous même. Le reste a été financé entre la Commune d’Yverdon-les-Bains et quelques généreux donateurs que l’on remercie au passage!

Quel est le premier titre qu’on devrait faire écouter à un néophyte?

Il est difficile de définir un morceau qui puisse représenter Disused dans son ensemble, mais probablement que Along the road pourrait assumer ce rôle.

www.disused.ch

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.