The Dandy Warhols - Distortland

Pop psyché déglinguée ? Rock alternatif ? Avec les Dandy Warhols, on ne sait jamais très bien. Enregistré dans la cave du leader du groupe sur un vieil enregistreur de cassette, « Distortland » a par la suite été mixé en studio (peut-être un peu trop ?) et varie entre pop enjouée et plus posée. Le groupe se voit souvent reprocher de chercher à ressasser le glorieux passé du début des années 2000. Alors certes, « Distortland » est moins tubesque que les albums de cette époque et seuls un ou deux titres sortent vraiment du lot, mais cet opus est à prendre comme un tout qui s’écoute du début à la fin (trente-cinq minutes) et pas forcément taillé pour passer à la radio, exception faite de « Pope Reverend Jim » ou de « You Are Killing Me ». Cette dernière débarque l’air de rien, mais la petite ritournelle entêtante se révèle vite très accrocheuse. Un album qui se laisse écouter mais qui ne marquera pas non plus la discographie du groupe.