Fleuron de la scène métal française, Dagoba est de retour avec un septième album « Black Nova ». Qui mieux que Shawter pour nous raconter la genèse de ce nouvel opus et l’évolution du groupe avec ses derniers changements de line up?

Il y a tout juste 10 ans, j’interviewais Dagoba pour la sortie de ‘What hell is about’. Quel regard portes-tu sur votre parcours jusqu’à aujourd’hui?
Je suis très content du parcours du groupe. Par rapport à l’époque, maintenant, nous pouvons vivre de notre musique. C’est une belle liberté et un confort de vie appréciable. Mais il n’empêche que je suis toujours tourné vers l’avenir et vers l’avant. Je vois toutes les marches qu’il nous reste à gravir. Ca nous booste à toujours vouloir proposer de meilleurs albums et donner le maximum sur scène.

J’ai lu à plusieurs reprises que les anciens membres du groupe faisaient souvent référence à une certaine ‘incompatibilité’ au sein de Dagoba. L’ambiance y est-elle si difficile à gérer? 
C’est toujours difficile de vouloir imposer ses créations au sein d’un groupe. Dans 99% des groupes de metal, il y a toujours un ou deux compositeurs. Les autres amènent leur touche personnelle à l’interprétation. Quant aux problèmes d’égo, ça me concerne dans la mesure où ils ne permettent pas au groupe d’évoluer. La formule fonctionne comme ça depuis le début, tout le monde était bien content jusqu’à maintenant. Venir se plaindre aujourd’hui, c’est un peu facile…

Pour en revenir à ‘Black Nova’, le titre de l’album fait-il référence à l’Etoile Noire de Star War ou à l’étoile brillante suite à une explosion thermonucléaire qui pourrait faire allusion à l’esprit mondial qui semble se dégrader de jours en jours?
En fait, la définition d’une Nova c’est : une étoile qui explose et qui retrouve son éclat originel. C’est clairement en rapport avec le changement de line-up. Pour citer Star War : ce nouvel espoir. C’est parti de là, tout simplement.

‘Black Nova’ est une alternance de morceaux speed et mid tempo. Tantôt chant clair, tantôt hurlé. Est-ce une démarche volontaire dans le construction de cet opus?
On avait envie d’un album contrasté au niveau des intentions. Et même si le climat général est dans la lourdeur avec un côté martial, on a aussi des morceaux qui sont les plus rapides de notre discographie. Et pour les avoir joués au Download, on a pu constater qu’ils sont très efficaces en live. [Thierry Loriot]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.