preview_courtney.barnett01.OK(BD)

Vous avez déjà eu ce sentiment : découvrir un artiste ou un groupe, aller checker les dates de leur tournée, et vous rendre compte qu’ils sont passés le mois dernier à cinq kilomètres de votre pieu. Eh bien, Courtney Barnett, ça pourra peut-être être de ce genre de concerts-là, alors on vous prévient afin de ne pas finir ensevelis sous les lettres d’insultes. En effet, cette jeune Australienne gravit depuis quelques mois une sacrée pente qui ne peut que l’amener vers des cieux vraiment cléments. Et tout ça, juste avec à peine deux petits EP’s au compteur, qu’elle signa sur le label qu’elle avait elle-même fondé à partir d’une chanson de Nirvana. Qui ne souhaiterait pas du succès à cette auteure-compositrice qui allie une voix grave d’une nonchalance attachante à un humour simple qui respire la sincérité. Jamais dans le rôle d’une autre sur scène, elle rassemble dans ses chansons un melting-pot d’influences de ces cinq dernières décennies musicales, n’hésitant pas à tutoyer les années nonante pour enchaîner avec un morceau plus classic rock aux relents bluesy prononcés. On vous disait ‘chanteuse australienne’ vous pensiez ‘Julia Stone’. Maintenant, ces mêmes mots devront vous évoquer ‘Courtney Barnett’ : une voix plus chaude, un son plus rock, une beauté moins sophistiquée, et un sens d’autodérision savoureux

 

Fri-son, Fribourg
26 novembre 2014

www.fri-son.ch

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.