A la première écoute, je me suis demandée ce que j’avais fait pour en prendre autant plein la tronche. Puis j’ai appris à encaisser, puis à en redemander. Ce qui me frappe avec ce groupe, c’est la chanteuse. Quand on la voit, déjà on ne la voit pas…elle est discrète, presque fragile. Ensuite, la musique commence et c’est la branlée inattendue dès que ce petit bout de talent commence son growl avec toute la conviction et l’efficacité qu’elle envoie. Les mecs de Conjonctive assurent aussi, mais elle, c’est Eowyn qui tue le Nazgûl. Les morceaux s’enchaînent naturellement, sans montrer de faiblesse, si ce n’est la fin de l’album qui arrive avec fracas. Des compos originales, proches de beaucoup d’autres avec un caractère et une identité spécifique en même temps.

conjonctive.bandcamp.com

Note 4/5

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.