Les Canadiens en ont vu des vertes et des pas mûres durant leurs sept albums précédents. C’est pourtant plein d’espoir et d’énergie que leur nouveau bébé ‘Outsider’ a envahi nos oreilles. Un bonheur partagé.

Trois ans séparent ‘Die Knowing’ et ‘Outsider’, comment avez-vous approché cet album.
Chacun de nous vit dans une ville différente, donc on se retrouvait tous trois, quatre fois, pendant une semaine et chacun exposait ce sur quoi il avait travaillé. On a essayé d’être un peu plus clairvoyant sur cet album, notamment lorsqu’on abordait certains thèmes afin d’en faire des moments importants.

C’est aussi le premier album enregistré avec le nouveau batteur.
Loren a apporté sa propre sauce en ce qui concerne la partie batterie. Il est différent de notre ancien batteur mais je pense qu’il est clairement un plus pour nous chansons. C’est un musicien très créatif !

Devin Townsend s’invite sur ‘Outsider’, comment cela s’est-il produit?
Devin avait travaillé avec Sights & Sounds, mon autre groupe, et avait également produit le groupe de Stu (Ross, guitare), Misery Signals. On a pensé que sa voix irait très bien sur l’un de nos titres, alors je lui ai envoyé un sms et demandé s’il voulait chanter sur notre album. Il a aimé la chanson et il a donné son accord. On ne l’a en fait pas vu lors de l’enregistrement. Il a juste enregistré de son côté et nous a ensuite envoyé le titre pour le mixage. Ce qui en est ressorti est assez réjouissant!

‘Outsider’ pourrait paraitre un peu dévalorisant comme titre, surtout lorsqu’on connait la renommée de Comeback Kid. Pourquoi avoir choisi ce nom ?
Comeback Kid est un groupe qui a toujours géré ses propres affaires. Même si on s’identifie comme un groupe hardcore-punk, on n’a jamais vraiment appartenu à un style en particulier. C’est peut-être de cette manière que certains membres décriraient ‘Outsider’. Je considère le titre plus comme étant une inspiration envers quelqu’un qui, créant des choses nouvelles et révolutionnaires, peut être considéré comme un marginal, alors qu’il fait de belles choses d’un rien. Il voit une idée et remet en question la norme. Des idées nouvelles qui persévèrent, bien que trop souvent ignorées.

Que signifie le design sur la pochette avec le visage se transformant en fumée ?
C’est un travail conçu par @slimesunday (Mike Parisella). Nous avons pensé que cela correspondrait au titre de l’album. À ne pourtant pas interpréter littéralement (sourire).

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.