Deuxième album pour les trublions genevois de Cold Bath, qui s’éloignent des grands espaces de leur premier album pour se focaliser sur les petits détails du quotidien.

Ce qui frappe à la première écoute, c’est à quel point vous avez adopté un rythme plus dansant, plus festif, malgré la teinte assez sombre de cet album. Volontaire de faire danser les contrastes ?
C’est tout à fait volontaire, on essaie d’embrasser à travers notre musique tous types d’émotions, de sonorités et de genres. C’est une expression de vie dans ce qu’elle a de plus complet possible. D’ailleurs ça s’exprime vraiment dans le son : il y a de la disto, du slap, de la reverb, de la pop, des cris et même de l’autotune bien trap par-ci, par-là.

Avez-vous ressenti une réelle progression de vos morceaux entre ‘Nomad’ et celui-ci ?
Ce deuxième album est bien plus fourni en termes de production. « Nomad » était un album très pur avec peu de post-prod, alors que sur « Something Left » on a pris soin d’étoffer le son, de se plonger dans les détails. Aussi nous avions 19-20 ans lorsque « Nomad » a été enregistré, on a gagné en maturité et en prise de risques deux années plus tard.

Cet album observe le quotidien d’un œil critique. 
Alors que le premier parlait principalement d’émancipation, de grands espaces et de connexion avec la nature, ce deuxième opus est plus résigné. Il traite de vivre ensemble dans la banalité du quotidien. Le premier album représentait un champ de tournesols et la cover de « Something Left » illustre désormais un immeuble monolithique en ruine.

Vous sortez votre album chez Som Squad, un collectif que vous avez monté. Pourquoi avez-vous souhaité vous lancer vous-même dans l’aventure ?
Som Squad vient d’un désir de travailler avec d’autres artistes au-delà du domaine musical afin de pouvoir étendre le propos et offrir plus à la musique, à l’art. Nous travaillons avec des rappeurs, des graphistes, une metteuse en scène, des performeurs et autres musiciens jazz et électro dans le but de casser les barrières de style et d’offrir une proposition culturelle à l’image du monde actuel, large, variée, métissée.

Vous êtes tous très jeunes et officiez dans des groupes depuis des années, qu’est-ce qui fait que Cold Bath est la recette qui marche?
Pour trois raisons :
1) Sur scène c’est le bordel.
2) Le 3/4 du groupe est végétarien.
3) On est autant capables de sortir des gros singles pop bien putassiers (merci Booba) que des gros riffs bien lourds (merci Black Sabbath).

www.coldbath.ch

Fiche CD :
Nom de l’album : Something Left
Label : Som Squad
Note : 3/5

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.