Le vendredi au Chant du Gros se voulait éclectique. Du rap de Georgio à la variété française folky de Zaz en passant par les mythiques Dire Straits Experience, on y a tous trouvé notre compte.

Manque de magie

Barry Moore a ouvert les festivités à la Scène Déménage. Avec sa guitare et ses deux musiciens, il attire gentiment les spectateurs qui cherchent déjà à se mettre au chaud sous la tente. On tente de se laisser porter par sa pop mais il manque quelque chose, ce petit plus qui le ferait sortir de l’ordinaire. Sa voix un peu nasillarde, entendue et réentendue, n’aidant pas l’affaire. On repart donc un petit sur notre faim en direction de la Sainte Scène.

Fin de tournée pour Amir

Le public s’est rassemblé en masse sous la grande tente. C’est donc devant une foule plus qu’au taquet qu’Amir a démarré son dernier show suisse. Même avec trois ans de tournée dans les pattes, le français a de l’énergie à revendre. Son sourire ne trahi pas le plaisir qu’il a d’être là malgré la fin de la tournée qui approche. Set de festival oblige, il passe en revue ses hits que tout le monde reprend en chœur. La fin de la tournée fera par contre du bien à ses speeches, qui n’ont pas bougé d’un poil depuis des mois, rendant ces moments peu sincères.

Amir – Chant du Gros 2019 © Alessia Merulla

Entre rap et mythes

Georgio était de retour en terres suisses après son passage à l’Estivale. Les fans se pressent devant les barrières pour admirer le jeune français, à l’image de cette fille qui s’est exclamée « Même quand il boit de l’eau il est beau ! » Georgio a un rap énergique, avec des paroles qui parlent à la jeune génération, sans pourtant partir dans un déluge de vulgarités. Il se nourrit de l’énergie du public et transpire la passion pour ce qu’il fait. Il s’offrira même un petit bain de foule sur la fin du set. On n’hésite donc pas à rester sous la tente de la Scène Déménage pour l’écouter, même si ce n’est pas notre genre de prédilection.

Sur la Sainte Scène, Dire Straits Experience fait vivre une seconde jeunesse à la plupart des festivalier.ère.s présent.e.s. On réalise alors le nombre de tubes signés par le groupe. Rien à dire, ça envoyait du lourd !

Georgio – Chant du Gros 2019 © Alessia Merulla

Showman en perte de folie

Charlie Winston nous a habitués à ses prestation nickel chrome, et ce sera encore le cas au Chant du Gros. Une voix incroyable et une transmission d’émotions à vous donner la chair de poule. Lorsqu’il descendra dans la foule, néon au bout du bras, la Scène Déménage se transforme. On se croirait presque dans une scène de film au ralenti, c’est prenant. Pourtant, on reste mitigés face à ses nouveaux titres. La folie qu’on aimait tant à ses débuts semble avoir pris des vacances pour laisser place à un Charlie Winston plus posé. On reste finalement plus pour les talents de showman du chanteur que pour écouter sa musique.
La soirée se terminera dans le froid (encore) et au son de Zaz qui fera danser le public de la Sainte Scène pendant plus d’une heure.

www.chantdugros.ch