preview_cannibal.corpse02.OK(BD)

Cannibal Corpse, c’est brutal. Pour vous en donner une image, lorsque je faisais mes premiers pas dans le métôle à grand coups de Nightwish et autres Korn, je les voyais comme le groupe le plus violent du monde, et je trouvais très rigolo de choquer les vieux en leur montrant un live de ‘Hameeer smaaAAAashed faAAace’. Maintenant, pour choquer papy et mamie, j’opte plutôt pour un bon gros titre de Mumakil, mais même avec le recul, faut reconnaître que Cannibal Corpse, ça blaste sévère. Leurs paroles et leurs pochettes (‘Butchered at Birth’ par exemple) sont outrageusement trash, et malgré cette transgression sanguinolente, ils ont acquis une énorme réputation. Le secret de leur popularité ? Le chanteur est un mordu de World of Warcraft. Non, je déconne, ça n’est probablement pas pour ça qu’ils sont connus (même si l’anecdote est véridique), c’est plus probablement parce qu’ils ne se complaisent pas dans le boudin pour appâter l’auditeur. Si ils sont connus, c’est parce que derrière une esthétique primitivement grind (et qui a de fait inspiré beaucoup de groupes de grind), la technique suit derrière. Avec Suffocation, ils ont repoussé les limites du death metal, amenant une violence qui fait passer des Morbid Angel pour des enfants de chœur. Plus qu’un mastodonte, c’est une légende du death qui passera aux Docks.

Cliquez ici pour participer au concours !

Cliquez ici pour participer au concours !

 Les Docks, Lausanne
27 novembre 2014

www.docks.ch