cd_canned.heat

Canned Heat… ou 50 ans sur la route ! Concert enregistré et filmé à Bonn, le 16 mars 2015. Mais commençons dès le début… Ce groupe génial, c’était avant tout Alan «Blind Owl» Wilson (qui devait son surnom à son visage lunaire et sa mauvaise vue), dépressif retrouvé mort d’une overdose de somnifères, en forêt dans son sac de couchage le 3 septembre 1970 (certains disent encore aujourd’hui qu’elle fut volontaire, donc qu’il se serait suicidé), et son complice Bob «The Bear» Hite, dont la barbe était aussi imposante que sa silhouette, décédé également, le 5 avril 1981. D’un infarctus officiellement, causé par… la prise d’une ampoule d’héroïne (qu’il n’avait jamais essayé), mêlée à d’autres choses, après un concert. Dépressif également, il ne s’était jamais vraiment remis de la mort de son pote. Le 20 octobre 1997, c’est le tour d’Henry « The Sunflower » Vestine (qui a été l’un des piliers de 1966 à 1969), infarctus aussi, dû à l’alcool et au tabac (même s’il fut le plus toxicomane du groupe), à Paris, et finalement Robert Lucas (qui fut un temps le chanteur) en 2008, d’une overdose. Adolfo « Fito » de la Parra, batteur, et Larry «The Mole» Taylor, bassiste, sont donc les deux rescapés de l’époque (bien qu’ils n’aient pas fait partie du groupe au tout début, avant leur succès). John Paulus (guitare et basse) et Dale Spalding (harmonica, voix) sont également de la partie. Alors bien entendu, retrouver ce groupe mythique, c’est un plaisir, et aussi une surprise, un peu l’inconnu, un défi en quelque sorte… En ouverture «On The Road Again» et là, pur bonheur : on dirait Bob Hite à l’harmonica tellement le son est d’époque. Pas une note de changée. La voix est assez, voire très proche, de «l’originale», tout comme sur «Going Up The Country» (un des rares titres chantés par Alan Wilson, à l’époque), incontournable, devenu l’hymne de Woodstock avec le temps, et ponctué donc d’un «Peace and Love, Thank You» pour gratifier un public conquis. «Future Blues», «Amphetamine Annie» (extrait de leur premier album), «Let’s Work Together»… déferlement de tubes. Le groupe termine sur «Euro Boogie», leur éternel cheval de bataille, qui change souvent de nom et de durée : «Refried Boogie» sur l’album original (Living The Blues), «Woodstock Boogie» lors d’une performance mémorable et tirée à plus de quarante minutes (!), voire même parfois«LSD Boogie»… Pour les nostalgiques de l’époque, c’est sympa. Pour ceux qui ont, peut-être, juste entendu parler du groupe, c’est une bonne approche, sans plus toutefois, parce que Canned Heat reste, et sera toujours, LE groupe de la chouette miro et de l’ours barbu. Ces deux larrons étaient uniques dans leur génie et leurs délires, demeurent irremplaçables, et nous manquent encore, même après plus de quarante ans. Le temps a passé… À noter que le DVD comporte deux titres de plus.

FICHE CD 
Songs From The Road (CD + DVD)
Ruf Records GmbH
www.cannedheatmusic.com

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.