Le musicien britannique de légende sort un nouvel album en novembre qu’il a enregistré avec son orchestre. Bryan Ferry partira en tournée à travers l’Europe à l’issue de la sortie de son album et fera notamment escale au KKL Lucerne. ‘Bryan Ferry And His Orchestra – Bitter Sweet’ sort le 30 novembre 2018 via BMG.


L’album s’inspire du travail que Bryan Ferry a fait pour Sky Atlantic / Netflix sur la série « Babylon Berlin », une série dramatique basée sur le roman de Volker Kutscher datant des années 1920. L’icône de la musique anglaise a revisité les titres favoris de Roxy Music et de Bryan Ferry dans le style de cette époque, parmi eux ‘While My Heart Beating’, ‘Sign of the Times’, ‘Bitter Sweet’ et ‘Dance Away’. L’album présente de nouvelles interprétations de chansons comptant parmi les préférées du public depuis plus de 20 ans. Voilà un album best of tout à fait inhabituel revenant sur l’extraordinaire carrière de Bryan Ferry et de Roxy Music.

Sur ‘Bitter Sweet’, Bryan Ferry célèbre le blues, le jazz et le ragtime, ce qui confère une note excitante de fraîcheur et de modernité aux morceaux. Dans les années 1920, le jazz était représentatif de la culture populaire et une invention moderne. Passé par le filtre de Bryan Ferry, c’est comme si on entendait cette musique pour la première fois.

Pour les besoins de l’album, Ferry a demandé à un professeur de musique de l’Université de Princeton d’écrire un commentaire sur le disque et sur l’époque musicale dans lequel il se situe. On y trouve des références lyriques et une analyse approfondie, ainsi que des messages précis : ‘Bitter Sweet’ réussit là où les modernistes du passé ont échoué malgré leur enthousiasme juvénile. La musique de Ferry décrit l’intellectualisme de l’art et l’absence d’art dans l’émotion, comme on peut s’en rendre compte dans « la triste affaire » de la chanson ‘Bitter Sweet’ qui se termine par « l’effondrement et les pleurs ». Voyage dans le temps, dans le Berlin du ‘Tacheles-Club’ et du ‘Chamäleon’. Plongeon dans l’univers hédoniste de (Babylon) Berlin, métropole ouverte au jazz dans ces années-là.

Cover :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.