Julien Truchand roule sa bosse depuis deux décennies avec Benighted, le deathgrind from Saint-Etienne. Leur cadeau d’anniversaire est un album rempli de surprises, y compris un live et de nouveaux morceaux !

Vous avez fêté vos vingt ans. Quand tu regardes derrière toi, qu’est-ce que tu vois ?
Je ne m’en rends pas compte. On va sortir un album anniversaire, on a une carrière bien remplie, et on n’a jamais perdu de vue ce qu’était Benighted au début : des passionnés de musique, et notre place est autant sur scène que dans le public.

Avec le recul, y a-t-il des choses que tu ferais autrement ?
Je ne garde pas vraiment de mauvais souvenirs. Nous avons vécu des moments difficiles notamment en termes de changement de line-up, où tu es obligé de faire le deuil de personnes qui sont comme tes frangins…Mais faire les choses autrement, non. Tout correspond exactement à qui je suis et à l’esprit du groupe. Avec les changements de line-up, je me suis retrouvé à jouer avec des musiciens de plus en plus balèzes. On essaye d’évoluer sans arrêt, de proposer a chaque fois des albums qui dénotent de ce qu’on a pu faire avant. Nous arrivons toujours à repousser les limites de ce que l’on cherche à faire, à expérimenter de nouvelles choses et pour l’instant ça marche!

Tu peux nous parler de ce nouvel opus ?
Il s’agit d’un EP pour nos 20 ans avec des nouveaux titres, une reprise, six titres du live anniversaire à Lyon…On a  des grosses tournées qui arrivent, mais nous allons essayer de rentrer en studio d’ici la fin de l’année pour une nouvelle galette début 2020 !

Vous avez eu beaucoup d’invités prestigieux pour cet événement. C’était une bonne soirée entre potes ?
C’était vraiment comme une grosse bringue d’anniversaire, que du bonheur! Sven est comme un frère pour moi, l’avoir à mes côtés pour cet anniversaire c’était vraiment génial. Niklas (Kvarfirth, de Shining) est quelqu’un que j’aime beaucoup, il est complètement fou mais c’est un artiste phénoménal! Il y avait également Arno de Black Bomb A, un des chanteurs à la voix la plus énorme que tu puisses trouver en France. Et mon Ben de Unfathomable Rumination avec qui on a tourné l’année dernière… Avoir tout ce petit monde autour avec des anciens de Benighted, tous les copains de la scène lyonnaise, c’était que du bonheur!

Tu es infirmier en psychiatrie à temps plein, tu arrives a gérer les tournées et le boulot ?
C’est simple : je ne me repose jamais! On ne tournait pas aussi intensément à l’époque, mais cela fait bien 7 ou 8 ans que je n’ai pas pu prendre plus d’une semaine de vacances pour moi. Je ne vais pas me plaindre, j’ai beaucoup de chances de faire ce que je fais!

Professionnellement, ça se passe bien ?
Je fais de la musique avec mes patients en plus, on a enregistré notre deuxième album! J’ai monté une salle de répète dans l’hôpital où je travaille et j’ai une médiation orientée vers la musique. Je suis à la batterie et mes patients jouent de la guitare, chantent, je les ai amenés en studio et j’attends la pochette de notre nouvel album!

J’avais entendu parler d’un hôpital où ils faisaient écouter de la noise ou du grind pour relaxer les patients.
Je le ferais pas avec mes patients, mais je pense que tout ce qui est un peu bruitiste, qui a des vibrations importantes, ça parle à tous les gens atteints de psychoses autistiques, c’est des choses qui se ressentent. Par exemple, quand ma fille était toute bébé et qu’elle pleurait la nuit, tu mettais du Vader, elle s’arrêtait illico elle se rendormait ! [Thomas Pecol ]

www.benighted.fr

Fiche CD :
Nom de l’album : ‘Dogs Always Bite Harder Than Their Masters’
Label : Season Of Mist
Note : 5/5

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.