C’est sur les coups de 18h30 que De Profundis investit la scène du Manoir pub. Comme l’honnêteté paye, nous allons vous avouez un secret : on ne les connaît ni de prêt, ni de loin ! Alors sitôt la Panini terminé, (le sandwich, et non pas le truc inutile de la coupe de monde de foot) c’est en mode découverte que nous nous mettons. Et là, c’est la claque ! Le métal death/black progressif des Anglais fait mouche. Une énergie folle et un niveau technique ahurissant nous assommes d’un seul coup. La section rythmique abat un travail de titan. L’ambidextre batteur passe naturellement d’un groove en mode ‘open handed’, à un ‘blast beat’ incontrôlable, mais contrôlé. Arran McSporran à la basse suit fidèlement son batteur, mais aussi parfois fidèlement les lignes mélodiques des ses copains guitaristes, pour un style relativement proche d’un certain John Myung ( Dream Theater)! On regrettera malgré tout une voix qui manque de mordant, au timbre somme toute assez banal. Cette entame de soirée nous fait dire que nous avons bien fait de nous dépêcher de venir après le travail. Belle surprise ! Place ensuite aux Israéliens de Melechesh. Eux, nous font vibrer aux doux sons du black métal, teinté d’influences orientales. Un mélange plutôt original. Ashmedi, le ‘frontman’ à la barbichette, nous fait même le plaisir de communiquer un peu en français. Le groupe, malheureusement, met quelques morceaux avant de pleinement rentrer dans son concert. Un début en dent de scie qui nous laisse un peu dubitatif. Mais ensuite, le combo déroule et fait plaisir aux fans qui sont venus en nombre les soutenir.

Petit état des lieux avant l’entrée sur scène du très attendu Belphegor. Dans la salle, l’odeur de l’encens nous irrite fortement le conduit nasal. Mais au final, on se dit que ce n’est pas plus mal au vu de la chaleur ambiante. Misère, il ne doit pas faire loin des 104 degrés Fahrenheit avec un taux d’humidité flirtant avec les valeurs de celui de votre salle de bain après une douche chaude de trente minutes. De surcroît, nous préférons l’odeur de l’encens que celle de la personne directement à proximité. Mais refermons le chapitre ‘météorologico-olfactif’ pour se concentrer sur la musique. Belphegor c’est du black métal et rien d’autre ! Je pense que l’adjectif brutal se veut être fort à propos. Nous n’avons aucun moment de répit. Le combo nous agresse avec ses compositions des plus musclées. Le leader Helmuth n’a pas besoin de longtemps pour parvenir à nous attirer au fin fond de son abyssal univers. La foule présente lui mange dans la main à chacune de ses interventions. Au chapitre sonore, nous devons avouer que les grosses caisses ultra triggées nous gâchent un peu le plaisir, et rendent l’ensemble très mécanique. Le set est rodé et le temps file, à tel point que la fin du concert arrive vite, trop vite. Nous sortons de la salle trempés, mais super heureux.

Ce concert de Belphegor était une belle réussite, et avait quelques points communs pour les fans présents avec cette période d’examens scolaires en cours : on mouille, on sèche et on repasse.

www.manoirpub.ch

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.