batie_festival_geneve_Daily_Rock

Le Festival de la Bâtie fêtera ses 40 ans au mois de Septembre, sans tambour ni trompette, pas la peine. A cet âge-là, on fait ce qu’on veut. Alors pour l’occasion ils ont convié des artistes venant des quatre coins de la planète et toutes disciplines confondues. Il y aura du rock, de l’expérimental, de la danse contemporaine, du théâtre, un atelier de fanzines, un dancefloor, un resto, des bars, etc.
Bref, un festival sorti du bois, intrigant, exigeant mais tout public et tourné vers l’exploration.
Joyeux anniversaire en avance !


Petite sélection très personnelle. Pour plus d’infos, se référer au programme officiel.

A Love From Outer Space, projet house d’Andrew Weatherhall, dj et producteur entre autres du cultissime Screamadelica de Primal Scream, remixer de New Order, Happy Mondays, etc. Une soirée pour danser et bien commencer le festival. (02.09)
Le Label Day, devenu incontournable depuis quelques années. Sous la houlette de Philippe Pellaud, le programmateur du festival, le Label Day propose une magnifique plate-forme pour les labels indépendants genevois. Cette année une mini bourse aux vinyles et des showcases viendront vous chatouiller les esgourdes. (04.09)
Le retour de la « Greatest » Cat Power ! Mais en solo à l’Alhambra. Même si c’est de la folk un peu soul, Chan Marshall possède une attitude des plus rock, parfois limite caractérielle qui saura certainement vous ravir. (05.09)
L’une des belle surprise du festival est Beak>, le projet solo de Geoff Barrow de Portishead, mais il ne viendra pas tout seul pour vous tabasser à coup de drone krautrock. (06.09)
Pour les amateurs de théâtre rentre-dedans, je ne saurai trop vous conseiller Acceso de Pablo Larrain, qui promet d’être un monologue/uppercut politique et humaniste assez trash. (07/08.09)

La diva provoc électroclash Peaches, qui a collaboré dans le passé avec Gonzales ou Iggy Pop, revient en terres helvètes après son fulgurant concert portnawak à la gare de l’aéroport en 2013. (09.09)
La fabrique Gomez des fanzines, ça c’est rock aussi ! Imagine, tu te mets dans la peau d’un pionnier du journalisme underground, tu écris sur ce qui te branche,fais quelques crobars et tu peux repartir avec ton fanzine. Chouette, non ? (10/11.09)
Cat’s eyes, non pas le dessin animé quand on était gamin. C’est le leader de The Horrors et sa copine chanteuse soprano qui s’échappent au Vatican avec 12 musiciens pour nous offrir un électro pop rock des plus planants. (12.09)
On ne présente plus le petit énervé breton Miossec, prêt à se battre avec les plus sympas des rocks critics hexagonaux (Thomas VDB si tu me lis…). Là, il s’est bien calmé et sera tout en feutre acoustique. (13.09)
Elle, on l’aime bien aussi, la charmante grungy blues de Kassette, depuis un sensationnel concert au JVal il y a deux-trois ans. Une pure et dure (mais toute délicate aussi). J’espère que son guitariste se déchaînera comme à son habitude.(14.09)
Arrive le morceau de choix de ce festival : Fat White Family et Black Lips !!! Et ça promet de saigner. Depuis le temps qu’on en entend parler sans pouvoir les voir dans le coin, ils sont là pour tout charcler sur leur passage. Je sens que ce sera malsain à souhait ! (15.09)
Mince alors ! Il y aura même le champion de France de cascades à moto en pleine performance sur de la musique de parking pour que les femmes aient moins peur ! C’est Théo Mercier & François Chaignaud. Vous n’y comprenez pas grand-chose, moi non plus mais ça me titille pas mal. (15/16.09)
Le très bon groupe français du début des années 2000,Tahiti 80, influencé par la pop des 60’s et 70’s, joeura l’intégralité de  Puzzle, enfin réédité. Lors de leur dernier passage en Suisse, Dear Deër avait magistralement assuré leur première partie, cette fois-ci ce sera le ténébreux genevois Régis et les très estimés Samba de la Muerte. (16.09)

Et pour terminer en beauté sur la piste de danse, le beau reliquat kitsch de l’Usine et de ses soirées bordéliques. « Les plus mauvais Djs au monde passent les pires disques de l’univers » pour le Boulevard des Hits. (17.09). [Frederic Saenger]

www.batie.ch