Ce 22 mars marquait le retour à Lausanne de Bastian Baker. Un retour très attendu des fans qui n’auraient manqué ce concert pour rien au monde. Pas étonnant qu’il affichait complet depuis cinq mois !


Douceur sous-marine

C’est Submaryne qui a eu le plaisir d’ouvrir cette soirée. Pour l’occasion, la jeune Lausannoise est venue accompagnée de son groupe. Le temps d’une demi-heure, Submaryne a partagé ses notes douces avec le public des Docks et lui a offert des moments d’émotion. Et le public a su le lui rendre comme lorsque tout le monde a brandi son téléphone pour créer une foule d’étoiles. Un geste qui peut paraître simple, voire insignifiant lorsqu’on le voit chaque soir, mais qui a mis les larmes aux yeux à la Lausannoise. Tout sourire, elle ne s’est pas laissée faire par les problèmes techniques et, tout comme son groupe, a prouvé son professionnalisme. Submaryne est authentique, tant dans sa musique que dans sa personne, et elle a su le prouver.

De l’Amérique à Lausanne

Euphorie dans la salle lorsque Bastian Baker entre enfin en scène. L’enfant du pays n’a rien à faire, le public est déjà conquis. Mais il y a une question qui doit être résolue : les morceaux de son dernier album, ‘Bastian Baker’, seront-ils plus agréables en live qu’en studio ? Il n’aura suffi de deux chansons pour prouver que oui. Autant on ne reconnaît pas dans ce quatrième album le Bastian Baker que l’on suivait depuis ‘Lucky’, autant on le retrouve dans les arrangements live. Son séjour aux États-Unis lui a offert de nouvelles sonorités, mais il lui a permis de rapporter un show à l’américaine. Changement de veste pour coller à la chanson, petit déhanché rock’n’roll, refrain chanté yeux dans les yeux, main dans la main avec une fan ou encore petite acrobatie pour impressionner les filles. Mais malgré tout, le Lausannois a su se détacher des arènes de 15’000 personnes et faire de ce concert une soirée conviviale. Accent du terroir au rendez-vous, il a invité cinq personnes à siroter un rhum autour du piano et n’a pas hésité à souhaiter un joyeux anniversaire (toujours avec du rhum) à celles qui avaient décidé de passer le cap des 40 ou des 18 ans aux Docks. Bastian s’est même offert un petit moment nostalgie en s’armant d’une crosse de hockey pour distribuer des balles signées. C’est donc une heure trente de bonheur que Bastian Baker a données à ses fans pour ce retour tant attendu en ville.