D’une édition à l’autre, on se trouve à court de superlatifs pour décrire le Kilbi Festival, ou la Kilbi. Pour ceux qui auraient loupé le coche, ce festival de quelques petits milliers de personnes proposent chaque année aux festivaliers de débourser un peu moins de 200 francs pour assister à des concerts de groupes parfaitement inconnus – mais exceptionnels. Un contrat basé sur la confiance entre festivaliers et Daniel Fontana, le programmateur, qui a réussi, à travers la programmation la plus pointue de Suisse, à fidéliser un public prêt à mouiller ses plumes.


©texte Louis Rossier – photos Tania Versteegh

Jeudi 31 mai 2018

Lorsqu’on arrive au festival, la barre est placée haute avec The Golden Dawn Arkestra. Le nom du groupe se partage entre deux références assez perchées : l’Aube dorée renvoie en effet à une société secrète anglaise vaguement liée au franc-maçonnisme dédiée à l’occultisme, et l’acronyme « Arkestra » ne peut qu’évoquer le mythique Sun Ra Arkestra, qui s’était d’ailleurs produit dans ce même festival en 2010. Moins expérimental que Sun Ra, le Golden Arkestra évolue dans une musique à la colonne vertébrale résolument disco, mais qui n’hésite pas à lorgner du côté du funk, du jazz ou du rock psychédélique lorsque l’occasion l’exige. Les musiciens sont une dizaine sur scène : xylophone, synthé, trombone, deux saxophones, des tam-tams, des guitares, … On ne sait pas où donner de la tête et les costumes complètement déjantés qu’arborent les musiciens ne facilitent pas la tâche. Le soin accordé à la partie visuelle de la performance n’ôte rien au mérite musical du groupe : même les yeux fermés, on ne peut qu’adhérer. Les gens dansent avec enthousiasme malgré le créneau précoce (18h30) et la météo impitoyable. Comme ils le diront eux-mêmes, les gars du Golden Dawn Arkestra parviennent toutefois à convoquer le soleil, au sens littéral puisqu’une éclaircie opportune, qui pour peu nous ferait croire aux pouvoirs magiques supposés du groupe, inonde le public déjà nombreux de chauds rayons de soleil sur la fin du concert ; et au sens métaphorique puisque le groupe est réellement parvenu à réchauffer les cœurs et accrocher un sourire sur le visage de tous les festivaliers, qui ne devrait pas les quitter pendant trois jours.

On ne saurait être exhaustif dans notre couverture des groupes au cours de ce commentaire. On salue, comme chaque année, le partage des groupes entre les deux scènes, sans qu’aucun concert ne chevauche l’autre, ce qui permet aux festivaliers de passer tranquillement d’une scène à l’autre à l’issue de chaque concert, et aux alcooliques de ne pas faire de queue puisqu’il leur suffit d’aller à la scène non occupée pour recevoir leur Cardinal instantanément. Ce premier soir sera probablement le plus calme, le plus serein : les concerts de Deerhunter, Nick Hakim ou Exploded View s’apprécient l’âme tranquille, on balance tranquillement la tête de gauche à droite. Il y a bien quelques performances plus explosives comme celle de Warmduscher, la dernière pépite de l’underground anglais qui cache des liens avec les gusses sulfureux de Fat White Family. Moins crados que ces derniers, Warmduscher donne quand même une jolie dose d’adrénaline, pas seulement grâce au chapeau de cow-boy du chanteur. Les Britanniques ont toutefois de la peine à maintenir l’excitation d’un morceau à l’autre : un hymne punk sale et noisy cède trop souvent place à une sérénade post-punk un petit peu fadasse.

Coup de cœur aussi pour Tshegue, dernier chouchou du label Ekleroshock (DatA, Polo & Pan, Danger), qui offre au public amassé devant la cantine un show explosif, avec l’énergie d’un Justice matinée de fortes influences afro. On aurait voulu rester pour Nihiloxica, un projet britanno-ougandais qui reprend la musique traditionnelle utilisée pour les rituels locaux de circoncision, ou pour clubber sur les beats du producteur Jimi Jules, mais premier soir oblige, on préserve nos forces pour la suite.

Vendredi 1 juin 2018

Il y a quelques années, alors que je pataugeais dans la boue et maugréait contre la météo intempestive, mon camarade de Kilbi, plus expérimenté, m’avait fait la remarque suivante : « Mais Louis, il fait toujours moche à la Kilbi ! » Et ce n’était pas le déluge, bref et intense, qui avait ouvert le festival le veille qui lui aurait donné tort. Toutefois, ce second jour de festival s’ouvre sous de meilleurs auspices : les quelques nuages épars semblent sur la réserve et ne portent pas avec eux la menace d’une pluie à même d’entamer la bonne humeur.

Parce que la bonne humeur est de mise dès le début des hostilités signé Downtown Boys. Signés chez Sub Pop, les gaillards retournent littéralement un public qui n’en qu’à sa première bière par la force d’un rock rentre-dedans, rafraîchi par des influences punks, par les délires d’un saxophone ténor, par la chaude voix de la chanteuse black, et l’énergie inouïe qu’elle et sa compère à la basse déploient sur scène. Ceux qui voulaient commencer leur deuxième jour en douceur peuvent se mordre les doigts. Comme pour le Golden Dawn Arkestra la veille, on s’interroge un tout petit peu sur la pertinence de mettre un truc pareil à une heure aussi précoce (18h!) tant on aurait aimé finir la soirée avec un pareil déferlement de décibels. Mais on s’adapte : c’est tout fébrile et tout excité que le reste de la soirée se découvre.

Et celle-ci se pare immédiatement d’une douceur qui contraste avec la violence de l’ouverture. Entre le « drone médiéval », à la fois expérimental et fédérateur par le doux charisme de la vielle à roues et de la cornemuse, de La Tène, et la folk envoûtante de Vagabon, qui risque, à de rares endroits, des envolées shoegaze limite noisy ébranlant l’intimité générale de show qui nous donne envie de connaître personnellement la chanteuse, laquelle dégage une curieuse impression de fragilité et fermeté. On attendait beaucoup de la performance de Lisa Gerrard et ses voix bulgares ; les derniers rayons de soleil qui s’attardent et le caractère figé que produit un chœur de cette taille sur la grande scène ne parviennent toutefois pas à reproduire le miracle de DakhaBrakha trois années plus tôt. « C’est joli », entend-t-on dans le public, mais le qualificatif est hélas un peu faible compte tenu dans l’ambition générale du projet. Une petite déception que Reverend Beat-Man, rodé aux scènes helvétiques, entreprend de corriger sur la cantine dans un show à la solidité prévisible mais qui laisse peu de place à la surprise. L’enthousiasme ne remonte réellement qu’avec Khruangbin, dont le concert se déroule avec une fluidité telle qu’on en ressort avec l’impression d’avoir écouté un seul long morceau de cinquante minutes, tout en circonvolutions et sautes d’humeur. Leur rock serein pioche avec bon goût dans le funk et le jazz pour permettre aux rêves de se mêler aux volutes de fumée qui s’élèvent au sein du public.

À nouveau notre endurance diminuée par le houblon ne nous permet pas de tenir jusqu’à Andrew Weatherhall, à qui il incombait la mission de retenir les festivaliers dans le club ultra-bondé du Bad Bonn une fois les deux grandes scènes délaissées. Dommage puisqu’il s’annonçait comme la figure techno la plus intéressante de la programmation. On se consolera samedi avec les incontournables DJ Fett et DJ Marcelle qui fermeront le festival en beauté!

Samedi 2 juin

Déjà dernier jour de l’édition 2018 du Kilbi. Si chaque année s’accompagne de son lot de découvertes musicales et d’émerveillement, le charme du Kilbi vient aussi de sa constance : chaque année le même nombre de festivaliers – on serait tenté de dire, chaque année les mêmes festivaliers – chaque année on carbure aux falafels quitte à faire une demi-heure de queue lorsqu’on pourrait se rabattre sur un chinois ou un indien sans attendre – chaque année on finit en transe transpirant sur DJ Fett, cet improbable quadra dont on se demande entre deux bières à quoi ressemble la vie en-dehors des murs cloisonnés du Bad Bonn.

Il y aussi de cette constance dans la programmation de Flat Worms à l’affiche de cette année puisqu’il compte dans ses rangs Tim Hellman des Oh Sees, déjà à l’affiche du festoche en 2013, en 2015, puis encore passés au club en juin 2017. La comparaison est dangereuse compte tenu de la réputation scénique de Thee Oh Sees ; on ne saurait dire si Flat Worms lui survit de bout en bout mais, comme les deux jours précédents, c’est une sacrée entrée en matière pour ce dernier jour, retournant la cantine propre en ordre avec une énergie qui ne nous ferait presque pas regretter l’absence d’une deuxième batterie sur la scène.

Flat Worms

Le concert suivant, Injury Reserve, change radicalement de registre pour un style qui n’est pas parmi les plus plébiscitées par la Kilbi. Le hip-hop y est en effet chaque année le parent pauvre de la programmation, même si certaines éditions l’ont mis à l’honneur sous des formes plus expérimentales – on se souvient encore de la baffe laissée par Death Grips en 2013. Le duo d’Injury Reserve, troquant l’Arizona contre la Singine, est moins impitoyable, mais parvient à récolter l’adhésion d’un public davantage habitué au rock psychédélique grâce à une énergie inébranlée par la soleil qui tardait à se coucher.

Ces deux noms seront ceux qui me resteront en tête à l’issue de la soirée. Mais ça tient aussi aux attentes : présentée par un ami comme « un grand nom de la techno chinoise qui a émigré à Berlin », Pan Daijing se révèle beaucoup plus expérimentale que cette présentation succincte ne le suggérait, rappelant que la noise n’a jamais été boudée par ce festival, au regard du mérite que le genre a lorsqu’il s’agit de repousser les limites de ce qui est écoutable, et, par conséquent, de ce qu’on peut ressentir lors d’un concert – mais est-ce vraiment un concert ? Sinon déception, on parlerait en tout cas de surprise. Par contre l’agacement est réel lorsqu’on en vient à Sevdaliza, une chanteuse irano-hollandaise qui eut bien de la peine à déguiser une pop sans âme lorgnant vers les noms les plus racoleurs de la musique américaine moderne derrière de pseudos incursions expérimentales, tout juste à même de séduire votre grande sœur qui se croit « edgy » depuis qu’elle a découvert que Unknown Pleasures n’était pas une marque de vêtements, mais qui retourne à Beyoncé chaque fois qu’elle attend le bus. L’attitude nombriliste de la chanteuse – d’ailleurs son nombril, elle le montre volontiers – sensible sur scène comme sur internet où elle s’étale dans une légion de clips accrocheurs mais artistiquement ineptes, ne contribue pas à attirer quelconque sympathie : elle tranche trop avec l’authentique originalité des autres noms à l’affiche du festival. Petite mention enfin pour le duo queer sud-africain de Faka, on s’attendait à zouker sévère dans le club après avoir vu leur hilarant clip réalisé pour le titre « Uyang’khumbula », mais là aussi ils rendent justice au choix de les programmer en étalant un concert-performance autrement plus improbable préférant souvent des nappes électroniques noisy et expérimentales aux des dandinements tropicaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.