backyard_Babies

©Backyard Babies

L’attente aura été plus longue que prévue mais, ça y est enfin: les Backyard Babies sont de retour avec un nouvel album !


Et de ce Four by Four tant espéré, nous pouvons dire qu’il requière deux qualités pour être apprécié pleinement.

La première qualité requise, avant même d’avoir écouté la musique, c’est de ne pas être trop gourmand : parce que, franchement, seulement neuf titres après cinq ans de pause, ça paraît un poil chiche de prime abord… Et oui, même quand on aime (et Dieu sait si on les aime, les Suédois), parfois on compte !

Enfin, passons sur cette petite frustration comptable et venons-en au contenu de l’album. Ce qui nous amène à la seconde qualité exigée : l’ouverture d’esprit. Car malgré sa relative brièveté, Four by Four s’avère être l’album le plus diversifié de la discographie des Suédois. Est-ce dû à ces années de séparation où Nicke Borg et Dregen ont chacun affirmé leur personnalité au sein de projets différents ? Sûrement. Toujours est-il que l’on retrouvera au fil des morceaux notamment de la talk box (‘Th1rt3en or Nothing’), des cœurs féminins (‘Never Finish Anything’), des guitares aux sonorités punk rock à l’américaine (‘Piracy’, ‘Wasted Years’ ou à nouveau ‘Never Finish Anything’), deux ballades (‘Bloody Tears’ et la plus soutenue ‘Mirrors’), et même un morceau vraiment atypique de sept minutes (‘Walls’) aux relents jazz, blues, prog et atmosphérique (ok, ça ne veut rien dire sur le papier, mais vous comprendrez en l’écoutant). Mais que l’on se rassure, malgré ces nouveautés, l’ensemble demeure fondamentalement du Backyard Babies et il y a même deux morceaux plus classiques pour satisfaire les membres de la mouvance ‘BYB canal historique’, les excellents ‘I’m on my Way to Save Your Rock ‘n’ Roll’ et ‘White Light District’.

Bref, Four by Four est un album court mais varié. Et si cette diversité pourra peut-être (un peu) décontenancer les anciens fans dans un premier temps, force est d’admettre que ce disque devient très attachant voire addictif dans un second temps. Évidemment, celles et ceux qui espéraient un retour à la période magique ‘Total 13’, ‘Making Enemies is Good’, ‘Stockholm Syndrome’ en feront les frais: moins directs que par le passé, moins hargneux également, Four by Four représente les Backyard Babies 2015, plus matures et plus enclins à l’exploration artistique.

https://www.youtube.com/watch?v=v021b0fggCk

Fiche CD
Four By Four
Gain Music
www.backyardbabies.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.