Après une tournée américaine étalée sur février et mars, le groupe Awolnation prolonge le plaisir sur le vieux continent avec deux dates en Suisse, dont une halte aux Docks de Lausanne le mardi 10 avril 2018.

Si j’avais déjà vu ce nom écrit à quelques reprises dans la presse musicale, j’avoue que je ne m’étais jamais donné la peine d’écouter leur musique. Comme tant la preview des Docks que celle de Daily Rock faisaient envie, quoi de mieux que d’aller découvrir leur musique en live !

Ce soir, le premier groupe sur scène, c’était Eliza &  The Bear, un quatuor londonien qui a sorti son premier album il y a juste deux ans. Comme ils le racontent à chaque interview, non il n’y a pas de fille dans le groupe et personne ne s’appelle Eliza. Ils ont même fait un t-shirt à ce sujet. J’ai mené une enquête plus approfondie pour Daily Rock du côté du merch’ et je peux vous confirmer que personne ne s’appelle non plus Bear. En tous les cas, vu l’accent, ils sont pour sûr anglais.

Musicalement, c’est franchement sympa sans être très original. C’est assez proche de Foals avec toujours un bon rythme et des chouettes voix (le guitariste chante aussi). Les morceaux sont rapidement enchaînés dans un set d’à peine 40 minutes pendant lequel le chanteur très décontracté n’a pas hésité à s’adresser au public ou encore à lui faire chanter Joyeux Anniversaire à un fan qui fêtait ses 19 ans ce soir-là. Petit délire bienvenu également quand entre deux morceaux, les musiciens lâchent un riff d’ACDC suivi par les accords de ‘Smells Like Teen Spirit’, de quoi donner l’idée au groupe de revenir bientôt sous forme de cover band.

Entre les deux concerts, pas le moindre ersatz de soundcheck, tout est déjà prêt pour la tête d’affiche et on patiente avec une mixtape de tubes old school, que ce soit Springsteen, Cyndi Lauper ou encore House of Pain. Probablement qu’une bonne partie du public était à peine née lorsqu’ils sont sortis. Le parterre est en effet très jeune surtout dans les premiers rangs.

A 21.30 heures, une bande intro lance le concert d’Awolnation. Les premières notes laissent penser que cela va être calme,  mais ce n’est qu’une illusion car les musiciens rentrent sur scène suivi rapidement par le chanteur Aaron Bruno pour un set très énergique. Ce dernier saute et court d’un côté à l’autre (très pratique pour faire des photos) avec un light show survitaminé (vraiment très pratique aussi pour faire des photos).

Venus présenter leur troisième album ‘Here Comes The Runt’ fraîchement sorti en début d’année, les Awolnation font le show et le public répond au quart de tour : toute la salle saute, gesticule avec ses bras et s’époumone gaiement. Dans l’excitation, certains oublient même de filmer le concert avec leur téléphone ! Les quelques extraits studio que j’avais entendu la veille m’avaient laissé une impression d’une musique un peu mou du genou et bien en concert c’est tout autre chose. Aucun temps mort. Le batteur est parfait de maîtrise : certes il ne fait rien de très compliqué mais c’est super carré. Le chanteur a une voix qui lui permet passages en voix claire à des explosions maîtrisées. Etonnamment, ce sont en fin de compte les claviers qui sont de trop. Sur le fond, la musique d’Awolnation n’est pas révolutionnaire et de nombreux morceaux ont l’air d’un condensé de rythmes et de riffs déjà entendus plusieurs fois. Les inspirations étant bonnes, le résultat est toutefois agréable.

Les véritables temps forts furent les morceaux ‘Table For One’ lancé en milieu de set juste après une distribution de roses dans les premiers rangs (Aaron Bruno sait soigner son public) et quelques instants plus tard ‘Not Your Fault’.

En fin de set, alors que l’ambiance est assez survoltée, les musiciens se font plaisir avec l’intro de ‘Thunderstruck’, qui décidément est un petit bijou capable de faire frissonner n’importe quel public. La première partie du concert se termine ensuite avec ‘Run’ qui porte bien son nom.

Après une bonne cinquantaine de minutes à peine entrecoupées par des remerciements sincères, ce sera donc la sortie de scène, le temps pour tout le monde reprendre son souffle. Bien sûr, il y a eu un rappel composé de deux morceaux, ‘Burn It Down’ et l’incontournable ‘Sail’ avec lancers de roses et présentation du groupe par son leader, avant que les musiciens ne s’approchent des premiers rangs pour serrer les mains de leur public conquis.

Belle prestations des américains qui ont rempli leur contrat avec toutefois un concert un peu court, en 75 minutes tout était plié.

Setlist Eliza & The Bear : Higher, Lions Heart, Real Friends, Hell, It Gets Cold, Friends

Setlist Awolnation : Here Come The Runts, Hollow Moon, 7 Sticks of Dynamite, Passion, Kill Your Heroes, Soul Wars, Table For One, Miracle Man, Not Your Fault, The Buffoon, Handyman, Thunderstruck, Run, Nurn It Down, Sail.

www.docks.ch

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.