Sur son Facebook, AVO annonce sans détour que son rock alternatif a la « subtilité d’une brebis et l’énergie d’une armée de gnous. » Original. C’est donc côté brebis que démarre cet album, avec une intro à la faveur douce d’une guitare acoustique. Mais pas de méprise, c’est pas parce qu’AVO signifie « grand-mère » en portugais qu’il faut s’attendre à boire le thé et faire la dinette assis sur son séant!

ʿSerenade for the Lobstersʾ se charge de mettre les pendules à l’heure : AVO s’adresse aux nostalgiques du grunge brit’ des 90s’. Les fans de Nirvana, Oasis ou, pour être plus actuel, Fontaines D.C. y retrouveront les vibes qui ont su faire chavirer leur petit cœur d’adolescent. Mais depuis que le groupe existe, en 2013, les rockeurs ont su varier leurs influences et prendre un peu de marge par rapport aux gourous du genre. ʿO Beijinhoʾ offre une sorte d’hommage à Linkin Park, alors que ʿDeep Blueʾ développe des grattes à la ZZ Top, solo inclus, pendant que ʿRoad to Nowhereʾ fait sonner la trompette et s’essaie à la Bossa Nova. Bref, les influences se chevauchent pour donner naissance à un album riche en saveurs. Faut dire que l’équipe s’est vue complétée en janvier d’un guitariste au pedigree confirmé, ex-fondateur de Promethee. Côté compo, on est donc sur du solide; côté prod, sur un rendu garage crasseux à souhait!

C’est dans cette épaisseur lo-fi qu’AVO déploie son penchant pour le décalé, qui s’illustre aussi bien dans ses lyrics que dans ses clips. Au final, AVO sait se faire plaisir et prend son pied dans une débauche d’énergie qu’on sent révélatrice en live. À la croisée des styles, AVO nous pousse sur la route des classiques du rock. À la croisée des chemins, AVO finira par transformer toutes ces références en une mixture bel et bien propre.

avo-music.com

Note: 3.5/5