Texte par  Frédéric Saenger

Le Festival Antigel vient tout juste de débuter ce weekend, voici mon programme pour vous donner envie d’y aller. Si vous aimez, vous êtes assez grands pour regarder les dates et les lieux.

Sophie Hunger
Grande Bernoise, Auteur-compositrice de la plupart de ses chansons en anglais, en suisse-allemand, en allemand ou en français. Elle joue également de la guitare acoustique et électrique, du piano et de l’harmonica. Et reprend des tubes de Noir Désir façon berceuse jazzy.
L’ancienne meneuse du groupe un peu plus alambiqué Fisher, sort un 6e album, ‘Molecules’, plus électro-pop et abordant des thèmes comme le grand collisionneur de hadrons du CERN ou le serpent cosmique cher à l’anthropologue Jeremy Narby et les Young Gods.
Curieux de voir ça ce soir sur scène et c’est sold out depuis un bon moment déjà.

Viagra Boys
Du post-punk à 7 sur scène influencé par les mythiques Jesus Lizard et qui fait penser un peu à des groupes émergents ces dernières années comme Raketkanon ou Idles qui étaient passés au même endroit l’année dernière. La fameuse piscine du Lignon vidée pour l’occasion.
Et c’est plutôt sympa de pogoter sur ‘Research Chemical’ avec des filles en maillot de bain. Donc ce soir-là ce sera braillard, je m’enfoutiste et moite.

Feu! Chatterton
Groupe de pop rock originaire de Paris fondé en 2011.
Et qui ne m’a jamais mais vraiment jamais intéressé.
Trop lisse, gentillet, propret.
Genre dandy de bac à sable. Même pas envie d’écouter.

Et comme autour de moi on me rebat les oreilles depuis 4-5 ans à coup de ‘Faut que tu les vois en concert, c’est vachement bien, ça fait très pop 70’s française.’.
Et bien j’irai les voir pour avoir le bonheur d’avoir eu tort.

Seamus Fogarty
C’est un folkeux blues country irlandais un peu électro sur disque et beaucoup plus sec sur scène.
Il y a un petit côté Talking Heads et pour reprendre un poète contemporain :
« C’est doux c’est bon, ça va par les vallons fous. »

Anna Calvi
C’est une sorte de femme mi-bête blessée mi-vampire.
Elle est incroyablement intense tout le temps et sur scène tout particulièrement.
C’est comme si Marianne Faithfull avait fricoté avec Nick Cave qui aurait laissé s’échapper PJ Harvey auprès de Tom Waits. En toute noirceur et libertinage.
En plus son dernier album est très organique, très charnel.
A voir pour passer une chaude nuit pendant et après.

Brigitte Fontaine
Changement de registre pas forcément total mais avec une charge érotique un peu moindre pour moi en tous cas avec Brigitte Fontaine alias Mémé Zinzin, la reine de l’underground français qui fêtera dans quelques mois ses 80 ans.
Je me moque un peu alors que c’est une formidable chanteuse, comédienne, écrivain, dramaturge, parolière. Très avant-gardiste et engagée.
Le grand public la connait malheureusement surtout pour ses interventions évaporées sur certains plateaux de télévision.
Le meilleur album pour la découvrir est ‘Kékéland’ sorti il y a une quinzaine d’années sur lequel on trouve Noir Désir, M et Sonic Youth quand même !
Et sur la scène de l’Alhambra dans trois semaines.

Yo La Tengo
Groupe de rock indépendant américain formé en 1984 et originaire  du  New Jersey. Ils auraient pu faire du Bon Jovi , ils ont préféré développer une sorte de mix entre le rock noisy, la pop sophistiquée, l’expérimental et la country et devenir  l’une des figures majeures du rock indépendant américain des années 1990.

Yann Tiersen
C’est un type que j’aime bien, je l’avais vu il y a une dizaine d’années à Paris et il était très loin d’Amélie Poulain. C’était très rock, limite bruitiste parfois.
Assez déconcertant.
Son dernier album mêle des sons captés dans un aéroport berlinois désaffecté, d’autres pris dans la forêt, sur des nappes de synthés. Il sort dans 15 jours.
Et les deux concerts d’Antigel sont déjà complets. Ce qui m’embête pas mal.

Altın Gün
Je me rattraperai avec Altin Günn, les rois du psyché turc.
C’est un groupe qui a été monté par des musiciens du célèbre Jacco Gardner, surtout en Hollande et un peu ici aussi.
Ils reprennent des standards de la scène rock psychédélique stambouliote des années 60-70, entre groove et musiques traditionnelles.

Pour conclure je reprendrai l’immense Grant Lee Philipps du groupe Grant Lee Buffalo :
« Antigel, c’est le liquide qui empêche le cœur de geler en ces temps quelque peu exsangues »

 

Programme complet et informations : www.antigel.ch

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.