Dans le climat socio-géo-politico-immonde actuel, la question de l’appartenance à un mouvement révolutionnaire est redevenue essentielle. Partant de l’acceptation que toute mouvance extrême a des failles plus fragiles que les autres de par sa nature excessive, les intentions de bases sont positives et louables comme souvent.


Parmi les extrémistes ayant des accointances avec les partis et idées politiques dits de gauche, les antifa, les anarchistes et les Black Blocs refont les papiers gras d’une presse friande de désinformation et de scandales. Pour partir sur des bases claires et réalistes, quelques définitions simples et non exhaustives s’imposent :

Antifa : Mouvement du XXème siècle de protestation et d’action contre les comportements, les idées, les personnes et les applications d’intolérance envers toutes les minorités pour des raisons de haine raciale, sociale, culturelle, d’orientation sexuelle et envers tout autre choix de vie privée qui n’entraine pas une stigmatisation d’autrui.

Anarchisme : Mouvement issu de la pensée révolutionnaire du XVIIIème siècle se basant sur une pensée, un comportement quotidien et une action sociale et humaniste d’entraide, d’égalité selon les qualités de chacun quel que soit sa nature. Ses adhérants ne répondent à aucune autorité unique, ni à aucun gouvernement élitiste.

Black Blocs : Créé en 1991, ce mouvement est similaire à une sorte de milice de manifestation ayant pour utilité de réaliser une protection entre les forces de l’ordre et les manifestants. Ils sont là pour prendre les coups à leur place et endommager des objectifs précis en relation avec la thématique de la manifestation. En dehors de l’événement, les Black Blocs n’existent pas. L’anonymat garantit l’efficacité de ‘l’outil’.

Bien entendu, comme dans tout ce que l’humain met en place, il y a, hélas, des débordements et des agressions à l’intérieur du groupe dus à des éléments perturbateurs trop stupides pour avoir saisi l’essence des différents mouvements. Cela ne résume pas, et heureusement, l’histoire et l’implication de ces courants modernes, sans cette information on peut incriminer tous les mouvements comme ceux-ci. Vous trouverez quelques articles et vidéos souillant cet univers révolutionnaire, mais tout compte fait, de façon objective, ces mouvements sont complémentaires et œuvrent pour une amélioration de l’humanité. Parmi eux, vous trouverez d’autres sous-courants pas amoindris pour autant comme les véganes, les féministes, la communauté LGBT et même certains communistes. Cette pluralité grandit dans un seul but : améliorer l’humanité et son rapport à tout ce qui l’entoure. J’ai bien dit TOUT : la planète avec sa faune, dont nous faisons partis, et sa flore. Une notion de conscience générale altruiste et finalement communautaire. Ce qui touche les uns finira inévitablement par toucher les autres, alors autant s’y atteler ensemble dès le départ. [CBB]

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.