J’avais déjà parlé, dans ma review de leur EP ‘Not Yours’!, de l’origine du nom Annie Taylor, la ‘première personne à avoir survécu à la descente des chutes du Niagara dans un tonneau en bois’ (et, je le souligne encore une fois : première personne ?!). On retrouve cette même énergie – que je ne peux décrire que comme ‘YOLO ensoleillé’ – dans la dreampop adolescente shoegazesque-mais-solaire du premier album du petit groupe zurichois qui monte. Au centre, une vibe de film coming of age indé californien et le kitsch (volontaire) nécessaire à l’exécution d’un tel énoncé, du genre qui donne envie de longer une plage dans une décapotable, musique à fond. Une espèce de mélange réussi entre le désert, l’insouciance, TOY et Wolf Alice ; good vibes et guitares lourdes, ‘Sweet Mortality’.

https://annietaylor.bandcamp.com/

3.5/5

A propos de l'auteur

Articles similaires