Andrea Bignasca, ce nom ne vous dit peut-être pas grand-chose, mais cet état de fait devrait changer après avoir écouté son album ‘Murder’. Ce Tessinois d’origine évolue dans un univers blues-rock raffiné et inventif, mais à mesure de l’écoute de son album, on s’aperçoit qu’il n’hésite pas à lorgner vers le southern-rock, voir vers des sonorités plus pop ou encore vers le stoner, mais en gardant une grande cohérence d’ensemble. Grâce à son timbre de voix envoûtant, le Tessinois permet à l’auditeur de voyager au travers d’ambiances variées, tantôt mélancoliques, tantôt plus rythmées. Toutes ces panoplies d’atmosphères sont bien mises en évidence lors du titre d’ouverture ‘Moonshining’. On regrettera par contre un manque d’accroche des refrains. Nous aurions aimé des hymnes que nous aurions pu scander à tue-tête et que ce style de musique permet aisément. À contrario, les idées de ‘riffs’ sont très bonnes et méritent que nous levions le pouce. Là où Mister Bignasca fait fort, c’est dans la sonorité générale de l’album. La production est pêchue et chaque instrument est à sa place et parfaitement audible. Pas de fioritures, de solos inutiles. Avec cet album, on jouit d’une musique qui va droit au but. Un dix titres on ne peut plus recommandable, pour peu qu’on veuille bien se poser dans son Fatboy et faire l’effort de l’écouter avec attention. Car oui, à la première écoute, il est difficile d’en ressortir convaincu.  Alors si tu es fan de Rivals Sons ou encore de Greta Van Fleet, cette galette est faite pour toi. Et si cet album d’Andrea Bignasca te plaît, comme il nous a plu à nous, c’est que ‘Tessin d’esprit’ !

bignascaandrea.com

Note : 4/5

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.