Regardez-moi ça, ça n’a même pas un quart de siècle que ça balance ses vérités cinglantes dans les dents. Ça parle des problèmes du quotidien avec brio, et ça s’éclate comme pas possible. Après son premier EP ‘Ivy League’, encensé par la presse, voilà que Alex Lahey monte dans les BPM et propose un dix titres explorant un monde de possibilités. Entre les fêtes intempestives (‘Everyday’s the Weekend’), l’ennui profond de sa ville (‘Perth Traumatic Stress Disorder’), ou l’excellent pince-sans-rire ‘I Haven’t Been Taking Care Of Myself’, qui résume bien ce sentiment adolescent post-rupture, Lahey se fait plaisir et cela se ressent. Il y aurait encore bien des choses à dire sur cet album qui fait parfaitement la transition entre l’adolescence et le monde adulte, explorant ses émotions et les relations entre humains, ce désir incessant d’évoluer, visiter, voyager… Mais ce qui nous réjouit le plus, c’est l’idée d’avoir le deuxième album d’Alex Lahey dans les mains. Celui-ci est certes excellent, mais peut-être un peu trop juvénile. A offrir pour Noël si vous avez des 15-20 ans dans la famille. Ils vous remercieront. Mais avant de l’emballer, assurez-vous de l’avoir dupliqué pour l’écouter loin des oreilles réprobatrices.

www.alexlahey.com.au

Note : 3.5/5