La dernière prestation de la chanteuse danoise à la salle Métropole en novembre avait laissé une impression mitigée. Habituées à intégrer de nouveaux arrangements sur ses morceaux en live, elle avait cependant été moyennement bien inspirée avec des percussions électroniques maladroites et trop présentes qui dénaturaient trop certaines de ses compositions. A Thônex, Agnes Obel a corrigé le tir (sauf sur ‘The Curse’) et servit une incroyable performance intense comme elle sait si bien le faire. Le public a d’ailleurs réagi avec grand enthousiasme. Entièrement féminine, la formation a su magnifier son répertoire. La part belle a été faite à ‘Citizen of Glass’, le dernier album avec ‘It’s Happening Again’, ‘Golden Green’ ou ‘Familiar’ ou ‘Red Virgin Soil’. Les classiques ‘Fuel to Fire’, ‘The Curse’ et ‘Riverside’ en rappel n’ont pas été oubliés. Un beau moment tout en finesse où la technique des musiciennes était au service d’une beauté majestueuse.

www.opus-one.ch