La 41ème édition de La Bâtie-Festival de Genève vient de se clôturer sur un bilan très positif : elle a réuni 35’500 festivaliers sur 16 jours. Le taux de fréquentation est de 95,2%, ce qui représente une légère augmentation par rapport à 2016 (94,8%). Ce bilan positif est également marqué par la fidélité et l’enthousiasme du public (les représentations ont majoritairement affiché complet) et par la grande qualité des 49 propositions de la scène contemporaine locale et internationale présentées.

La Bâtie 2017 a poursuivi la pérennisation de ses partenariats, son rayonnement genevois, vaudois et transfrontalier conséquent, ses nombreuses coproductions – au nombre de 23 sur 49 projets – qui œuvrent au rayonnement du Festival, mais aussi le mélange et le rajeunissement du public.


 

Les temps forts

Les deux Invités de La Bâtie 2017 ont fortement marqué le Festival : d’un côté, le Suisse Oscar Gómez Mata a ouvert avec succès les feux de l’édition en présentant Le Direktør, une adaptation du film de Lars von Trier brillante et portée par de talentueux comédiens. De l’autre, le Français Mohamed El Khatib, encore méconnu en Suisse romande, a trouvé l’adhésion d’un large public en proposant une constellation de projets mêlant pertinemment art et politique.

Nombre d’autres aspects sont à saluer : en premier lieu, la qualité des créations locales. Outre Oscar Gómez Mata, Ruth Childs et Laurence Yadi & Nicolas Cantillon notamment ont présenté des projets d’une grande force, saisissants et sans concession. Une réjouissante radicalité également retrouvée lors du concert de John Cale, figure mythique de la scène underground toujours aussi avant-gardiste, qui a livré une réinterprétation de son répertoire loin des versions originales. La danse énergique et politique de Mathilde Monnier & Alan Pauls, l’expérience drôle et poétique proposée par Kuro Tanino & Caspar Pichner, le concert déjanté de Baxter Dury, celui majestueux et impressionnant autour de l’orgue au Temple Saint-Gervais, l’interprétation virtuose des danseurs de Salva Sanchis & Anne Teresa De Keersmaeker, la performance bluffante et trépidante d’Emmanuelle Lafon & Joris Lacoste, la prouesse d’une rare beauté de François Chaignaud mis en scène par Nino Laisné, la danse galvanisante de Dada Masilo, celle prodige et presque surréaliste de Peeping Tom, le portrait disloqué et poétique de l’Europe par le blitztheatregroup, le concert-événement des légendaires Echo & The Bunnymen, et l’expérience musicale inédite et totale proposée par Die Polstergruppe emmené par Stephan Eicher font partie des moments forts de l’édition. Centre névralgique du Festival, le Lieu central a vécu pendant 16 jours au rythme de très nombreux événements : parmi eux, les cinq soirées OMG ont connu une belle fréquentation, faisant de cet espace un lieu de rassemblement, ouvert à tous, festif et joyeux.

La Bâtie 17 en chiffres

– 49 propositions (spectacles, performances et concerts) réparties comme suit : 23 coproductions (dont quinze créations et six premières suisses) 26 accueils (dont deux créations et six premières suisses). Et aussi : deux longs métrages, 24 courts métrages, quatre rencontres public-artistes, un atelier, un Label Night Market (marché des labels), une rétrospective photographique, une rencontre et performance Ecole & Culture, une Journée programmateurs.

– 30 lieux de représentation : un Lieu central regroupant la billetterie, deux salles, un club, des bars, un bistrot.

– 35’500 festivaliers, tous lieux confondus (35’100 en 2016) – 95,2% de taux de fréquentation, tous lieux confondus (94,8% en 2016).

– 560 cartes de Festivalier et 75% de billets achetés sur le site Internet.

 

Rendez-vous l’année prochaine pour la 42ème édition de La Bâtie-Festival de Genève du 31 août au 15 septembre 2018 !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.