30 Seconds To Mars viennent de sortir leur cinquième album. Intitulé ‘America’, ils ont transformé cette sortie en véritable événement interactif.

On nous avait annoncé qu’ ‘America’ serait plus qu’un album, et effectivement, c’est tout un concept. Après avoir dévoilé des singles, c’est la pochette que nous présentaient les Américains. Ou plutôt les pochettes, puisque tout le monde peut créer la sienne, avec les six mots qui représentent l’Amérique pour chacun. Accompagnées du hashtag #myamerica ils ont inondé Instagram de carrés colorés. Puis ils ont lancé il y a quelques jours #marsacrossamerica. Le groupe est donc parti en roadtrip à travers les États-Unis pour chanter ‘Walk On Water’ avec un chœur, faire du stop et rencontrer les fans. Mais partons dans le vif du sujet, car cet album est une petite perle.

‘Walk On Water’ et ‘Dangerous Night’, singles dévoilés en août et janvier dernier, sont les premiers des douze titres présents sur cet opus. Du Mars tout craché : des refrains qu’on mémorise à la première écoute, des parties un peu gospel que l’on peut reprendre en chœur comme si l’on était dans The Voice et ce rythme qui n’est pas effréné mais qui donne envie de danser. Même chose avec ‘Rescue Me’. Avec cette vibe solaire propre aux Américains, on s’imagine déjà sur la plaine d’un festival, une couronne de fleurs dans les cheveux, en train de sautiller en rond, les bras écartés. En prime, des paroles torturées (mais pas trop) qui raviront l’ado qui sommeille en vous.

On change ensuite complètement d’ambiance avec ‘One Track Mind’, en duo avec A$AP Rocky, et sa touche électro/rap. Très lent, les vidéastes seront ravis et auront du nouveau son pour leurs plus beaux slowmotions. L’intermède ‘Monolith’ fait un petit clin d’œil aux sonorités de ‘Love Lust Faith + Dreams’, l’air de dire ‘on fait quelque chose de différent, mais on est toujours là’. Autre duo, cette fois avec la voix féminine d’Halsey : ‘Love Is Madness’. Un mélange parfait, mélancolique, mais qui a d’une manière étonnante, toujours cet aspect très coloré que possède 30 Seconds To Mars. Comme dans le titre suivant, ‘Great Wide Open’, qui donnera sans aucun doute envie à tous les fans de lever les mains au ciel en se demandant ‘est-ce l’amour ?’
Mais la vraie bombe d’ ‘America’, c’est ‘Hail To The Victor’. A moitié criés, les premiers couplet et refrain laissent penser que des guitares distordues vont (enfin) faire leur apparition. Mais non. A la place, un son électronique, avec deux beats, et des chœurs. Et ça marche ! L’un des titres les plus puissants du groupe. ‘Tout doit changer avec le temps. Je dois changer ou mourir.’ Le français est encore une fois présent et tel les premières répliques d’un film, lance ‘Dawn Will Rise’, qui pourrait sans problème faire office de bande son pour une scène un peu dépressive.

L’atmosphère se réchauffe un peu pour la fin de l’album avec tout d’abord une jolie surprise : ‘Remedy’. Cette ballade guitare-voix, apparemment interprétée par Shannon Leto. Certes un peu old-school, c’est pourtant le moment le plus chargé en émotion de ces 43 minutes. ‘Live Like A Dream’ apporte aussi une pointe de légèreté et de positivité. Encore une fois, on a envie de fermer les yeux, de danser et de rêver.
Pour finir cet album en beauté : ‘Rider’. Jared Leto présentait ce titre pour la première fois à Bâle il y a quelques semaines. Une instrumentalisation millimétrée, juste, qui clôture le show qu’est 30 Seconds To Mars comme il se doit. Parce que 30 Seconds To Mars, c’est bien plus qu’un groupe, et ils nous l’ont encore prouvé.

www.30stm.com