Devilment II : The Mephisto Waltzes

‘Marketé’ (oh l’admirable anguelichisme) sur l’angle de la participation de Dani (Cradle of Filth) au micro, nos endiablés britiches remettent le couvert avec une seconde livraison de neuf titres, rassemblés sous une pochette bien kytschouillement néo-gotharde. Gros fan des derniers albums de WASP (respirez, ça restera entre nous)? Vous aurez parfois l’impression d’être en terrain connu, le chemin balisé des sextuples croches blaquemetal AOC, s’accordant avec la gorge essoufflée et ‘je-te-jure-je-suis-un-vrai-malade-bouh’ de l’ami Filth. C’est bien mixé, un son à la fois épais et propre, au service de compos se déplaçant les vertèbres à réinventer l’eau tiède. Une bande-son léchée pour un film de zombie-vampires des euh… sœurs ? Wachowski ou de Uwe Boll. Les années 80 nous avaient infligé le hair metal, où la blondeur et les moule-balles des musicos importaient plus que la fureur de leur compos; vingt ans plus tard, ce genre maudit revenait à la vie, la tignasse teinte en noir et l’inspiration pompée dans un recueil des meilleures (et surtout plus courtes) citations de Baudelaire. Presque vingt autres années de plus, et il se trouve encore des groupes avec en eux-mêmes assez d’aveugle confiance pour défier tout sens du ridicule et maintenir vivante flamme de la tradition Goth MTV. En un sens, c’est louable. Il ne vous faudra toutefois pas une chope entière pour oublier cette galette et passer à autre chose.

Label : Nuclear Blast

Note: 2/5

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.